Programme Sorbonne War Studies (SWS) - ERC


  • Responsable du projet : Grégory Daho, Maître de conférences en Science politique - chercheur au CESSP
  • Co-responsable du projet : Yann Richard, Professeur de Géographie
  • Soutien scientifique : Julie Le Mazier, post-doctorante en science politique au CESSP
  • Soutien administratif : Régis Verwimp, ingénieur d’études, Secrétaire général de l’Institut des Études sur la guerre et la paix

Contact : Gregory.Daho chez univ-paris1.fr


Résumé du projet

Depuis la fin de la guerre froide, le rôle des organisations militaires a considérablement
évolué à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières. Face à ce constat, la revitalisation
des études stratégiques passe par deux impératifs. D’abord, assumer la banalisation des
objets stratégiques, des phénomènes guerriers et militaires, dont le traitement souffre
encore d’extraterritorialité par rapport aux sciences sociales. Ensuite, élaborer un
programme de recherche et de formation entièrement conçu de manière interdisciplinaire,
c’est-à-dire à partir d’un objet commun. L’équipe d’enseignants-chercheurs de l’Université
Paris 1 – archéologues, géographes, historiens, juristes, politistes et sociologues – traitent de
la défense comme d’un champ social dont il s’agit précisément d’analyser la recomposition,
et par extension, le (re)positionnement des militaires en son sein. Ce projet est amitieux tant il
implique de se défaire de certaines binarités encombrantes pour penser ensemble l’évolution
de la conflictualité et la transformation des formes d’exercice de l’autorité (public/privé,
force/droit, sécurité/liberté, discours/pratiques, international/infranational, politique/technique
etc.). Il ne s’agit pas de parler de l’armée aux armées, mais bien de former les théoriciens et
praticiens de la conflictualité internationale à la compréhension et à l’analyse des
environnements opérationnel, décisionnel et professionnel structurant les usages de la
force.
Le projet comprend trois axes de recherche :

L’environnement opérationnel : rapports aux territoires et aux populations

  • Responsables : Alya Aglan (Professeure d’Histoire contemporaine), Yann Richard
    (Professeur de Géographie), Pierre Vermeren (Professeur d’Histoire contemporaine)
  • Objectif scientifique : modéliser à travers le temps la diversité des représentations
    associées à la guerre en particulier en Afrique, au Moyen-Orient et dans les mondes
    russes.
  • Principales réalisations (2018-2020) : Les représentations de la guerre (séminaire de
    recherche et publication collective)

L’environnement décisionnel : pilotage et division du travail de « gestion » des crises

  • Responsables : Yves Buchet de Neuilly (Professeur de Science politique), Grégory Daho
    (Maître de conférences en Science politique), Luc Klein (Maître de conférences en Droit
    public)
  • Objectif scientifique : dresser une cartographie des arènes, circuits et processus
    décisionnels en matière de gestion des crises internationales dans une perspective
    comparée (États-Unis, France, Grande-Bretagne).

L’environnement professionnel : statuts, carrières et technologies de sécurité

  • Responsables : Julie Le Mazier (post-doctorante en Science politique), Caroline Moricot
    (Maître de conférences en Sociologie), Stéphane Rodigues (Maître de conférences en
    Droit public)
  • Objectif scientifique : caractériser les relations entre les acteurs militaires et les groupes
    sociaux avec lesquels ils sont en contact régulier