OOPAIP – Ontologie et Outils Pour l’Annotation des Interventions Politiques - DIM « Sciences du Texte et Connaissances nouvelles »

Le projet OOPAIP – Ontologie et Outils Pour l’Annotation des Interventions Politiques est financé par le
le DIM (Domaine d’Intérêt Majeur) « Sciences du Texte et Connaissances nouvelles » ( Région Ile de France). Il vise à créer une dynamique régionale de réseau en Humanités Numériques en fédérerant des équipes, des acteurs, des chercheurs ou des acteurs de la formation, qui s’accordent sur la nécessité de rassembler autour de l’émergence des environnements numériques modifiant profondément les interactions entre les individus, leur rapport à la connaissance, et leur compréhension des humanités. C’est le champ des « connaissances nouvelles ».

  • Année d’intégration au réseau DIM STCN pour OOPAIP : 2018
  • Domaines de recherche : Science politique, sciences de l’information et de la communication, informatique

Equipe

  • Responsable scientifique : Nicolas Hubé
  • Ingénieurs Cessp : Pierre Mayence & Nadia Belalimat
  • Post-doctorant Cessp sous contrat en 2018-2019 : Martin Baloge

Résumé

L’objectif de ce projet transdisciplinaire est de concevoir de nouvelles approches pour élaborer des analyses détaillées, qualitatives et quantitatives des interventions et des discours politiques médiatisés en France. Ce programme de recherche vise donc à créer un outil d’annotation numérique en vue de faciliter l’analyse des interviews politiques. L’OOPAIP (Ontologie et Outil Pour l’Annotation des Interventions Politiques) propose de concevoir et développer une méthodologie d’annotation des interviews politiques, pour analyser, expliciter et recontextualiser la parole politique depuis les sources médiatiques télévisuelles et radiophoniques.

Afin d’étudier les relations entre journalistes et élus lors des interviews télévisées, nous développons un programme permettant de séquencer et recenser les tours de paroles auxquels sont ensuite adossés des « évènements » : interruption, relance, demande de précision, refus de répondre, etc. Il s’agit de concevoir une méthodologie intégrant plusieurs principes d’analyse (sociologie des acteurs, agenda politique, analyse de discours, réception médiatique d’un discours) et de la formaliser à partir de techniques de représentation de connaissances à la pointe de la recherche. Le projet vise la création d’un outil d’annotation en ligne, spécialisé pour l’analyse fine et multi-axes des interventions politiques médiatiques, audiovisuelles et radiophoniques.

Jusqu’à présent, nous avons constitué un corpus d‘interviews télévisées tirées de deux chaînes de télévision, l’une publique (France 2) et l’autre privée (BFM TV) lesquelles diffusent deux émissions politiques matinales (respectivement Les quatre vérités présentée par Caroline Roux et Bourdin direct, présenté par Jean-Jacques Bourdin). Ces premières interviews ont été sélectionnées en reconstituant des semaines types du premier semestre 2018, car nous voulions travailler sur une période non-électorale, et en évitant un biais thématique conjoncturel. Ce travail d’annotation permet d’ores et déjà de proposer de premières tendances d’interactions entre journalistes et homme politiques. Il apparaît d’abord qu’il y a bien une mise en scène de l’opposition des groupes lors de ces interviews matinales. Avec 3840 séquences pour près de 450 minutes d’émission, cela signifie qu’en moyenne en une minute d’émission on compte plus de quatre événements. Il apparaît également que le format de l’émission et la chaîne de télévision déterminent les modalités de l’interview.

Cet outil numérique devra s’adresser à des communautés de chercheurs et de citoyens afin que ceux-ci puissent créer leurs propres corpus d’interviews et étudier plus rapidement les arènes médiatiques où s’exprime une part importante du débat démocratique.