L’atelier CESSP Pouchet

L’atelier aura lieu le :

Site Pouchet du CNRS (59, rue Pouchet, 75017 Paris)

Séance 6 : le 9 avril 2015 10h-12h30 (salle 255)

Le 9 avril 2015 de 10h à 12h30 dans la salle 255 du site CNRS / Pouchet

"School Failure" in the "Progressive Era" La construction de l’échec scolaire en problème social aux États-Unis : 1900-1928

Stanislas Morel

Résumé : En France, l’échec scolaire n’a été constitué en problème social qu’à partir des années 1960. L’émergence du problème est notamment étroitement liée aux profondes transformations du système éducatif français au cours de la deuxième moitié du XXe siècle et à la construction d’un système social dominé par le modes de reproduction à composante scolaire. En nous appuyant sur le dépouillement (1902-1928) des principales revues américaines (universitaires ou professionnelles) spécialisées dans le domaine de l’éducation, sur la lecture des principaux ouvrages publiés à cette époque sur ce thème et sur une étude prosopographique des auteurs, il s’agira de rendre compte de l’apparition, dans des termes assez proches, du problème aux Etats-Unis ("school failure") un demi-siècle plus tôt. L’analyse portera sur l’état du système éducatif américain entre 1900 et la crise de 1929 (période incluse dans la "Progressive Era"), les controverses sur la démocratisation scolaire, les manières dont est thématisé l’échec scolaire, les enjeux qui lui sont associés, ainsi que les causes présumées et les solutions envisagées. Il s’agira également de rapporter les contours du phénomène à l’espace des agents qui le construisent (administrateurs de l’éducation, universitaires - psychologues, sociologues, pédagogues, philosophes - exerçant dans les départements de recherche en éducation - en plein développement -, fractions du monde enseignant, industriels et, plus généralement, représentants du monde de l’entreprise, journalistes, etc.). La comparaison avec la situation française permettra de faire apparaître certains invariants dans la construction du problème, mais aussi de mettre en évidence certaines différences permettant d’enrichir notre connaissance des sitautions et des repértoires d’action à l’origine de la "mise en crise" des systèmes éducatifs.