Genre et inégalités sociales de santé : de l’incorporation aux trajectoires de prise en charge - ERC

  • Genre et inégalités sociales de santé : de l’incorporation aux trajectoires de prise en charge
  • Gender and Health Inequalities : from embodiment to the health care cascade
  • Synergy Grant 2019 - ERC

Résumé

Dans tous les pays européens, les inégalités sociales de santé restent marquées. De nombreuses recherches ont permis d’identifier un certain nombre de déterminants sociaux de la santé. Cependant, le genre, en tant que rapport social de pouvoir entre hommes et femmes, est rarement considéré comme un déterminant clé des inégalités en matière de santé. L’objectif de GENDHI est de comprendre comment le genre s’articule avec d’autres rapports sociaux (par exemple avec les inégalités de classe sociale) pour construire des inégalités sociales de santé, de la petite enfance à l’âge adulte en passant par la jeunesse. La recherche est structurée autour de deux questions complémentaires :

  • Comment les corps (mal)sains sont-ils construits socialement ?
  • Le recours aux soins et la prise en charge par le système de santé sont-ils différents selon le sexe des personnes ?

Le cadre théorique original qui est proposé sera testé à partir de l’analyse quantitative secondaire de six grandes enquêtes transversales de santé publique et de cohortes épidémiologiques, et à partir de matériaux qualitatifs originaux constitués de monographies familiales et d’entretiens avec des adolescent·es, des patient.e.s et des professionnel.le.s de santé, ainsi que des observations ethnographiques de différents moments de prise en charge médicale et hospitalière, notamment dans le cas de 4 pathologies spécifiques du point de vue du genre (maladies cardio-vasculaires, dépression, cancer colo-rectal, Alzheimer).

L’approche est résolument pluridisciplinaire, associant sociologie, démographie, économie et épidémiologie.

Outre Muriel Darmon (CESSP) , ce projet est porté par Nathalie Bajos, sociologue-démographe, directrice de recherche à l’INSERM, Pierre-Yves Geoffard, Directeur de recherche CNRS à l’Ecole d’économie de Paris et Michelle Kelly-Irving, épidémiologiste sociale, chargée de recherche à l’INSERM.

Contact : muriel.darmon[@]ehess.fr