LESCLOUPÉ Clément

Thèse

Une Configuration indécidable. Retour sur vingt années de réforme ininterrompue des institutions du Grand Paris (2000-2020) sous la direction de Brigitte Gaïti, soutenue le 13 décembre 2021

Thèse en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-03524350/

Résumé  : La Métropole du Grand Paris est une institution politique peu évoquée dans la presse pour ses réalisations ; et davantage en raison du flou et de l’instabilité qui entourent son organisation, ses missions, et son devenir. Créée le 1er janvier 2016, elle regroupe la ville-capitale ainsi que 130 communes de sa banlieue. Elle prend place à la suite d’une quinzaine d’années de coopérations, de négociations et de luttes partisanes, institutionnelles et territoriales, entre acteurs politiques et administratifs franciliens et étatiques. Son établissement mettait un terme à une exceptionnalité parisienne, celle de l’absence d’intercommunalité à l’échelle de tout ou partie de l’agglomération. Mais loin de rationaliser le paysage politico-administratif francilien et de constituer un acteur collectif unique à l’échelle de l’agglomération parisienne, la réforme a institué une situation d’une complexité inédite qui perdure aujourd’hui. Aux incertitudes autour du contenu de la réforme institutionnelle du Grand Paris, engagée depuis le début des années 2000 jusqu’à la décision entrée en vigueur en 2016, ont succédé de nouvelles incertitudes sur la pérennité de l’architecture institutionnelle aujourd’hui à l’oeuvre et la forme de celle qui pourrait s’y substituer. En croisant la sociologie des réformes institutionnelles et l’analyse décisionnelle, c’est le Grand Paris en tant que configuration indécidable - en ce qu’aucune décision sur la distribution des pouvoirs dans l’agglomération n’est parvenue à s’imposer durablement - que nous souhaitons investiguer au sein de cette thèse ; en revenant sur une vingtaine d’années, de 2000 à 2020, d’incertitudes, de flou, de récit institutionnel brouillé, d’indécisions et de décisions sans cesse révisées.

Publications

  • « Chronique d’une disparition syndicale. L’association des collectivités territoriales de l’Est parisien (2000-2016) », Revue française d’administration publique, 2019/4 (N° 172), p. 1043-1057.
  • « La résorption des inégalités, un enjeu métropolitain ? », Vacarme, 2019/2 (N° 87), p. 61-65.

Communications

Colloques et congrès

  • « Les Territoires face à la Métropole : luttes d’institutions entre échelles intercommunales de la Métropole du Grand Paris », communication présentée en juillet 2019 à la ST « Contester la Métropole » au XVIIe Congrès de l’AFSP.
  • « La mise de côté de la résorption des inégalités comme enjeu métropolitain. Le cas de la Métropole du Grand Paris », communication présentée le 11 avril 2019 au colloque « la gouvernance des métropoles et des régions urbaines », Tours
  • « Le passage au Parlement, source d’innovation législative ? Le cas de la création d’un quota de logements sociaux », communication présentée le 9 novembre 2018 au colloque « Les parlements en question. La permanence d’institutions subordonnées », Paris.
  • « Le non-respect de la loi SRU : Entre critiques politiques et justifications techniques », communication présentée le 10 juillet 2017 à la ST « Le pouvoir local, entre politisation et dépolitisation » du XVIe Congrès de l’AFSP.
  • « Se protéger de la Métropole : le Plan Local d’Urbanisme comme instrument de préservation d’une ‘atmosphère’ sociale », communication présentée le 3 juillet 2017 à la RT 9 « Sociologie de l’urbain et des territoires » au 7e Congrès de l’AFS.
  • « La Fondation Abbé-Pierre dans la défense et le durcissement des dispositifs SRU. Identifier les responsables pour pérenniser la contrainte », communication présentée le 5 juillet 2017 à la RT 35 « Sociologie du monde associatif » au 7e Congrès de l’AFS.
  • « La loi SRU : La solidarité urbaine à l’épreuve des interdépendances », communication présentée le 3 avril 2017 à la ST « L’Etat en toutes (inter)dépendances » au 7e Congrès de l’ABSP.

Ateliers, journées d’étude et séminaires

  • « De l’association de communes au syndicat, le cas de la ‘coopération souple’ de l’ACTEP », communication présentée le 9 octobre 2018 aux journées d’études Les syndicats de communes en France, École des ponts.
  • « La disqualification comme instrument d’action publique ? Attaquer la réputation des maires pour les contraindre à appliquer la loi », communication présentée le 26 juin 2017 à la Journée d’Etudes « Enquêter sur les réputations », EHESS.

Animation de la recherche

  • Co-organisateur de l’Atelier doctoral du CESSP, 2017-2018.
  • Co-organisateur du colloque "Que veut dire autonomie aujourd’hui ?" Genèse et usages d’une catégorie d’action publique, avec le soutien du CESSP et de l’École Doctorale de Science Politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à Paris, les 18 et 19 juin 2018 (Site internet du colloque).
  • Co-organisateur, avec Charlotte Thomas-Hébert, du séminaire MobeE, Mobilisations et Engagements, 2016-2017.

Enseignements

Septembre 2018 - Août 2020 :
ATER - Université Paris I Panthéon-Sorbonne (192heures de TD)

  • Travaux dirigés Sociétés Politiques Comparées (Master 1 Science Politique).
  • Travaux dirigés Organisation de l’Etat et Action Publique (L3 Science Politique-Economie/Science Politique).
  • Travaux dirigés Sociologie de l’Etat (L2).

Octobre 2015 - Septembre 2018
Doctorant contractuel avec mission d’enseignement - Université Paris I Panthéon-Sorbonne (192 heures de TD)

  • 2017-2018 :
    • Travaux dirigés Sociétés Politiques Comparées (Master 1 Science Politique).
    • Travaux dirigés Organisation de l’Etat et Action Publique (L3 Science Politique-Economie/Science Politique).
    • Encadrement de deux mémoires ; assesseur lors de la soutenance de deux mémoires (Master 1 Science Politique).
  • 2016-2017 :
    • Conférence de méthode de Sociologie Politique (Master 1 Science Politique).
    • Encadrement de deux mémoires ; assesseur lors de la soutenance de deux mémoires (Master 1 Science Politique).
    • Travaux dirigés de Sociologie Politique (L1 Droit, L1 Science Politique).
  • 2015-2016 :
    • Travaux dirigés de Sociologie Politique (L1 Droit).

Formation

  • 2015-2021 : Doctorat de science politique à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • 2014-2015 : Master 2 Sociologie et institutions du politique, Paris I
  • 2013-2014 : Master 1 Sciences Sociales, Université de Bordeaux
  • 2010-2013 : Licence d’Histoire, Paris I