GUIMONT Clémence

Clémence Guimont est maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et spécialiste des politiques environnementales. Elle est co-responsable du parcours « Transitions écologiques » en M2 .
Dans la veine des humanités environnementales, elle analyse la fabrique de l’action publique en portant le regard sur les facteurs et les effets sociopolitiques et socio-écologiques de l’action publique. Ses travaux combinent ainsi la sociologie de l’action publique avec la sociologie environnementale. Sa thèse portait sur les politiques territoriales de biodiversité et elle a débuté il y a quelques mois une recherche sur les politiques de lutte contre l’antibiorésistance.
Clémence Guimont est membre du comité de rédaction de la revue Développement durable & Territoires depuis 2016.

Parcours

  • Depuis septembre 2021 : Maîtresse de conférences à Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Février 2021 – Août 2021 : Post-doctorante à l’INRAE, Paris Dauphine (IRISSO) au sein de l’ANR Amagri
  • Septembre – décembre 2020 : Post-doctorante à l’université de Lille (CERAPS, CNRS, UMR 8026), projet Influbio, programme Ittecop
  • 2018 – 2020 : ATER en science politique à l’Institut des Administrations et des Entreprises de Nancy, Univ. de Lorraine
  • 2014 – 2017 : Doctorante allocataire monitorée à l’université de Lille (CERAPS, CNRS, UMR 8026)
  • Février 2016 – juillet 2016 puis mars 2017 – mai 2017 : Chercheure invitée, Institut de géographie et de durabilité à l’Université de Lausanne (Suisse), équipe des Humanités environnementales (coord. Pr. D. Bourg)

Formation

  • 2014- 2020 : Doctorat en science politique (Université de Lille, CERAPS/ CNRS UMR 8026)
    Titre de la thèse : « Politique(s) du vivant. La fabrique territoriale des politiques de biodiversité dans le Nord-Pas-de-Calais (1992 – 2020) », sous la direction d’Anne-Cécile Douillet (2018-2020) professeure des universités en science politique à l’université de Lille, CERAPS / CNRS UMR 8026. Thèse soutenue le 11 décembre 2020. Avec comme membres du jury, Anne-Cécile Douillet, professeure des universités à l’université de Lille (CERAPS), directrice de thèse, Ève Fouilleux, directrice de recherches au CNRS (LISIS), Jacobo Grajales, professeur des universités à l’université de Lille (CERAPS), Céline Granjou, directrice de recherches à l’INRAE (LESSEM), rapportrice, Patrick Hassenteufel, professeur des universités à l’université Versailles Saint Quentin (Printemps), Pierre Mathiot, professeur des universités à Sciences Po Lille (CERAPS), co-directeur de thèse, François-Mathieu Poupeau, directeur de recherches au CNRS (LATTS), rapporteur
  • 2009- 2014 : Sciences Po Lille (Master 2 Affaires publiques et développement soutenable)

Publications

Articles individuels dans des revues à comité de lecture

  • Clémence Guimont, « La crise de biodiversité au prisme du New public management : les angles morts des indicateurs écologiques », in Barone S., Guerrin J. (dir.), « Politiques environnementales et New Public Management », Pôle Sud, 2018/1, n° 48, pp. 43-56.

Articles collectifs dans des revues à comité de lecture

  • Caroline Lejeune, Clémence Guimont, « Usages et mésusages de la durabilité forte. Introduction au dossier « Regards disciplinaires et perspectives critiques sur la durabilité forte en SHS », Développement durable & Territoires, 2019, vol. 10, n° 1 : https://journals.openedition.org/developpementdurable/13771
  • Jacques Theys, Clémence Guimont, « Nous n’avons jamais été soutenables. Pourquoi revisiter aujourd’hui la notion de « durabilité forte ». Entretien avec Jacques Theys, mené par C. Guimont le 24 août 2018 », in Lejeune C., Guimont C. (dir.), « Regards disciplinaires et perspectives critiques sur la durabilité forte en SHS », Développement durable & Territoires, 2019, vol. 10, n° 1 : https://journals.openedition.org/developpementdurable/13589
  • Clémence Guimont, Rémy Petitimbert, Bruno Villalba, « La crise de biodiversité à l’épreuve de l’action publique néolibérale. Introduction au dossier thématique Perte de biodiversité, New Public Management et néolibéralisme », Développement durable & Territoires, 2018, vol. 9, n° 3 : https://journals.openedition.org/developpementdurable/12512
  • Rémy Petitimbert, Clémence Guimont, 2018, « Les conséquences politiques de la traduction néomanagériale de la compensation : l’impensé systémique », in Guimont C., Petitimbert R., Villalba B. (dir.) « Perte de biodiversité, New Public Management et néolibéralisme », Développement durable & Territoires, vol. 9, n° 3 : https://journals.openedition.org/developpementdurable/12781
  • Clémence Guimont, Rémy Petitimbert, « Instruments de l’action publique et approche fixiste de la biodiversité : le cas des inventaires naturalistes », Norois, 2017/3, n° 244, pp. 77-89.

Co-direction de dossiers scientifiques

Chapitre d’ouvrage collectif

Clémence Guimont, Bruno Villalba, « L’espace politique agricole français (1945-2015) », in Chouquer G., Maurel M.-C., (dir.), Les mutations récentes du foncier et des agricultures en Europe, Presses de la MSH de Besançon, 2019, p. 53-74.

Article dans des revues de diffusion

  • Clémence Guimont, « Des institutions garantes du long terme ? Défis de la démocratie écologique », Revue Projet, vol. 356, n° 1, 2017, pp. 64-67.

Rapport de recherche

  • Rapport de recherche du projet Influbio (Infrastructures fluviales aquatiques. Le cas du canal Seine Nord face à ses biodiversités) (2017-2020), 2020, avec Gabrielle Bouleau et Rémy Petitimbert, Programme Ittecop du Ministère de l’écologie, 93 p.

Recensions critiques d’ouvrage (sélection)

  • Clémence Guimont, « Blanc (Guillaume), Demeulenaere (Élise), Feuerhahn (Wolf) (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Homme et société. Série Histoire environnementale », 2017, 350 p. », Politix, 2017/4 (n° 120), p. 217-221.

Projets collectifs et animation de la recherche

  • Membre du projet ANR Amagri (2019 – 2022), « Antimicrobiens en agriculture : acteurs, pratiques, conflits » (coord. Nicolas Fortané, INRAE/ IRISSO).
  • Membre du projet Ittecop INFLUBIO (2017 – 2020) « Infrastructures fluviales et biodiversité aquatique : le cas du Canal Seine Nord et ses biodiversités » (coord. Gabrielle Bouleau, INRAE)
  • 3 juillet 2019, Organisation et animation du panel à l’Association française de l’économie politique, avec Leslie Carnoye et Rémi Petitimbert, « L’agro-écologie à la croisée des sciences sociales », Sciences Po Lille.
  • 9 juin 2017, Journée d’études co-organisée avec Rémy Petitimbert et Bruno Villalba « Néolibéralisme, New Public Management et perte de biodiversité », Université Lille 2.
  • 26 janvier 2017, Séminaire « Du bon usage de la durabilité forte », co-organisé avec Caroline Lejeune dans le cadre des Séminaires interdisciplinaires du Développement durable, Association Développement durable & Territoires.
  • Co-responsable du comité scientifique et du comité d’organisation du séminaire mensuel « Lectures critiques de l’écologie politique » (CERAPS, UMR 8026) entre 2014 et 2018

Enseignements

A l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2021-2022)

  • Instruments des transitions écologiques des territoires (M2 APT/ TE)
  • Politique européenne de l’environnement (M2 GE/ TE)
  • Gouvernance des territoires (avec Julien Fretel) (M2 IC / COP)
  • Introduction à la science politique (L1 de l’école de droit)
  • TD d’introduction à la science politique (L1 de l’école de droit)