FORDANT Clarisse

DOCTORANTE, EHESS, CSE-CESSP

klarisse.fordant chez gmail.com


Thèse en cours

Vices et vertus des statistiques ethno-raciales dans la mesure de l’intégration, des discriminations et de la diversité. Une délibération sur la qualification et la quantification de l’allogénéité. France, 1995-2012.

Sous la direction de : Gisèle : Sapiro

Résumé du projet de thèse
Au cours des années 1990, a émergé une série de questionnements et de débats nouveaux au sein du champ scientifique français portant sur la possibilité, la nécessité ou le refus d’introduire dans les statistiques et les enquêtes publiques des variables concernant l’origine ethno-raciale des individus présents sur le territoire français. Ces vifs débats ont opposé des acteurs de plus en plus nombreux et divers, à un moment où la mise en place de politiques d’intégration et de lutte contre toutes les formes de discriminations s’inscrivait sur les agendas français et européen.
Quels vices et vertus heuristiques comportent ces statistiques ethno-raciales ? Quelles histoires sociales et politiques les ont dotées de cette sensibilité formellement reconnue ? Pour quelles raisons saisir ou refuser l’opportunité d’en faire usage aujourd’hui ? Qu’est-ce qu’une information statistique utile à la connaissance scientifique et à l’action gouvernementale ? Le contrat républicain à la française passé entre l’État et ses citoyens reste-il viable ou mérite-il d’être actualisé ? Quels modèles de société peut/veut-on défendre et quels sont les (contre-)exemples étrangers à (ne pas) suivre ? Toutes ces questions, qui mêlent des enjeux scientifiques et politiques tout à la fois, sont ainsi posées au sein d’un débat public qui ne cesse de ressurgir.
De même que le chômage ou la pauvreté, l’immigration, l’intégration et les discriminations constituent des catégories participant à l’énonciation et à l’opérationnalisation de l’action gouvernementale mais aussi à la définition des identités individuelles et collectives. Or les sciences sociales ne cessent de produire de tels classements, qui contribuent à construire les principes de vision et de division du monde social. Parce que ces notions doivent servir à chiffrer et déchiffrer des ordres de faits et de réalités et parce qu’elles recèlent des enjeux politiques de grande ampleur, leurs définitions successives sont le fruit de débats parfois virulents et dont les teneurs théoriques et idéologiques sont profondément intriquées.
Dans un mouvement de forte recomposition du spectre politique français de son extrême gauche à son extrême droite, lui-même inscrit dans un contexte de redéfinition profonde des marges d’action de l’État-nation il s’agit d’interroger la construction des « problèmes » de l’immigration, de l’intégration et des discriminations à travers la manifestation publique du dissensus et du consensus concernant les manières de décrire, d’expliquer et d’agir sur ces phénomènes.
Cette exploration des formes d’engagement expert et militant sur cette question des statistiques ethno-raciales permet alors d’étudier les transformations des modes de négociation des politiques publiques, de l’organisation institutionnelle du champ des sciences sociales et de la place de la recherche et de la statistique publiques au sein de l’appareil d’Etat. En passant en revue les arguments et contre-arguments mobilisés par les protagonistes des débats pour justifier et dénoncer l’utilisation de variables ethno-raciales dans la statistique publique, il s’agit de comprendre les enjeux techniques, épistémologiques, politiques et institutionnels qui sous-tendent leurs prises de position en fonction des positions qu’ils occupent au sein d’un espace social conçu à de multiples échelles locales, nationales et globales.
 

Financement doctoral

Allocation de recherche du fond de recherche AXA,
2009-2012

Formation

 

  • 2008 Master de recherche en sociologie, EHESS,
    Paris
  • 2005 Licence de sociologie, Université Victor Segalen,
    Bordeaux.
  • 2002 DEUG d’anglais, Campus de shoelcher,
    Martinique.

Activités de recherche et d’animation scientifique

2014-2016 Ingénieure d’études sur le projet européen INTERCO-SSH (International Cooperation in the SSH : Comparative Historical Perspectives and Future Possibilities), Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Paris.
2012Aide au montage du projet de recherche européen INTERCO-SSH, Paris.
2011 Organisation de la journée d’étude doctorale, « Pour une objectivation de la recherche en pratique », CESSP, CNRS-Pouchet, Paris.
2011 Vacation de recherche, CESSP-Paris 1, Forum Social mondial, Dakar, Sénégal.
2010 Monitorat, Programme d’échanges Université Paris 1 / Delhi University, Paris.
2009 Représentante des doctorants du Centre de sociologie européenne (CSE-CESSP), Paris ; coordination du groupe de travail de Gisèle Sapiro, "Sociologie des espaces de production de biens symboliques", EHESS/CNRS, Paris.
2008 Vacation d’enquête, Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), Paris. Vacation de recherche, réseau européen « Pour un espace des sciences sociales européen »(ESSE), Paris.

Enseignements universitaires

2011-2012 et 2010-2011
Université Paris 1, département Science politique, niveau L3.
Cours de « Conférence de méthodes » proposé aux étudiants de 3ème année de licence bi-disciplinaire de science politique/économie et science politique/histoire de l’Université Paris 1.
 
2010-2011
Université Paris 1, département Travail et études sociales, niveau L1.
Cours d’initiation à la sociologie dispensé aux étudiants en 1ère année du cursus « Administration économique et sociale » (AES) de l’Université Paris 1.
 
2009-2010 et 2010-2011
Université Dauphine, département Sciences des organisations, niveau L2.
Cours d’initiation à la pensée de Karl Marx et de Max Weber proposé aux étudiants de 2nde année de licence « Sciences des organisations » (LSO) de l’Université Dauphine, second semestre.

Communications et publications récentes

▪ « The reception of a "traveling theory":Edward Said’s citations in the French academic publishing space », avec Amine Brahimi, in Gisèle Sapiro, Marco Santoro and Patrick Baert (eds), Ideas on the move in the Social Sciences and Humanities. The International Circulation of Paradigms and Theorists, Palgrave MacMillan, 2020, p.347-364.

▪ « Willing the good, seeking the truth. The interventions of social scientists in the French debates about ethno-racial statistics », intervention dans l’atelier coordonné par Stefanos Geroulanos (NYU) et Gisèle Sapiro (EHESS) « Crossroads of Intellectual History », New York University, 19 avril 2019.

▪ « The Rise of the Social Sciences and Humanities in France : Institutionalization, Professionalization and Autonomization », avec Gisèle Sapiro et Éric Brun, in Christian Fleck, Viktor Karady and Matthias Duller (eds), Shaping Human Science Disciplines : Institutional Developments in Europe and Beyond, Palgrave MacMillan, 2018, p. 25-68.

▪ « The Controversial Receptions of Edward Said. A Sociological Analysis of Scientific Citations », avec Mohamed Amine Brahimi, Sociologica. Italian Journal of Sociology, n° 1, 2017.

▪ « Les études postcoloniales en France : des circulations et appropriations sans institutionnalisation », intervention dans le séminaire « Sociologie des studies » animé par Sophie Noël (Université Paris 13- LabSIC/CESSP) et Bertrand Réau (Université Paris 1-CESSP), EHESS, Paris, séance du 20 mai 2016.

▪ Participation à la table ronde « Collecting Ethnic Data : no big deal or not an option ? A European exchange of experiences », colloque « Measuring Ethnicity and Migration — Classification and Statistical Representation in Academic Research and Administration » organisé par le Kulturwissenschaftliches Institut (KWI - Institute for Advanced Study in the Humanities), Essen, 8-9 octobre 2015.

▪ « Foreign (counter-)examples and foreigners in the construction of French public policy for integration and against discrimination (1995-2012) », intervention au colloque international « Social sciences and humanities in the changing North-South relations », organisé par l’Instituto de Antropología de Córdoba/CONICET, Córdoba, 10-11 septembre 2015.

▪ « Des statistiques ethno-raciales pour ou contre l’intégration et les discriminations : dissensus autour de deux politiques publiques françaises (1995-2012) », intervention en session du RT27 lors du 6ème Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), « La sociologie, une science contre nature », Université Saint-Quentin en Yvelines, 29 juin-2 juillet 2015.

▪ « La "Querelle des démographes", les statistiques ethno-raciales au sein de l’INED (1995-1999) », intervention dans le séminaire « Sociologie historique des sciences humaines et sociales » animé par Johan Heilbron (CNRS), Odile Henry (Université de Paris VIII), Louis Pinto (CNRS) et Gisèle Sapiro (CNRS/EHESS), Paris, séance du 13 mai 2014.

▪ « Une controverse française sur les statistiques ethno-raciales », in. Yves Gingras (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales, CNRS Éditions, 2014, p.211-243.

Activités associatives et consultance

▪ Depuis 2012 Co-fondatrice et secrétaire de l’association Cultures-Afriques, membre de l’équipe éditoriale des Éditions Nzoi, Kinshasa/Paris.

▪ 2015-2017 Co-fondatrice et administratrice du cabinet d’ingénierie en sciences sociales Hadalka Ingénierie, Montreuil.

▪ 2016 Intervenante dans le programme de formation syndicale à la lutte contre les discriminations, SNTEFP-CGT, Paris.

▪ 2010-2013 Organisatrice et animatrice du Comité annuel des partenaires de l’association de médiation sociale Partenaires pour la Ville (PPV93), Saint-Denis.

▪ 2008-2011 Co-fondatrice du collectif de musiciens de jazz et de musiques improvisées COAX, Paris.

▪ 2007-2013 Co-fondatrice, secrétaire, animatrice de l’association SolidAscension, Paris.