DOBRY Michel

Michel Dobry est professeur émérite au sein du Département de science politique de la Sorbonne (Université Paris I) et membre du CESSP. Ses publications les plus connues et influentes concernent trois domaines de recherche. Le premier est celui de l’analyse des conjonctures de crise politique et plus généralement des processus et des phénomènes critiques qui s’observent, sous l’effet de mobilisations multisectorielles, dans les sociétés hautement différenciées (ou complexes), avec notamment sa Sociologie des crises politiques, ouvrage publié en 1986, réédité en 1992, puis en 2009, et traduit en plusieurs langues. La théorie des conjonctures fluides dont ce livre développe les éléments se saisit des processus critiques en termes de transformations d’état des sociétés complexes, de plasticité de leurs « structures » et des logiques de situation qui s’imposent à leurs acteurs. Ou, plus précisément, en termes de dynamique de désectorisation de leurs espaces sociaux. C’est cette dynamique qui est au principe d’un nombre considérable de propriétés des processus critiques, dont, en particulier, ces propriétés tendancielles majeures que sont l’affaissement de l’autonomie des divers secteurs différenciés, l’émergence d’une forme élargie d’interdépendance entre leurs acteurs, celle de l’incertitude structurelle ou encore le surgissement de processus de désobjectivation brusque des rapports sociaux. Les travaux relevant du deuxième domaine prolongent ces acquis de connaissance sur le terrain plus spécifique des processus de transition à la démocratie et de la critique des impasses des diverses « transitologies » qui se sont affirmées dans les sciences sociales contemporaines. Le troisième domaine est celui des travaux concernant les mouvements et phénomènes fascistes et autoritaires dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. Ils montrent d’abord l’absurdité de la vision d’une société française culturellement « immunisée » contre le fascisme, vision qui a été durablement (et demeure encore parfois) celle des historiens hexagonaux. Surtout, au-delà du seul cas français, ils s’attaquent à la logique classificatoire à l’œuvre dans la quasi-totalité des approches de ces mouvements et, à la vaine quête d’un « fascisme générique » et de son « essence », ils substituent une conception rigoureusement relationnelle de ces mouvements et phénomènes. A côté de ces trois domaines de recherche, Michel Dobry a également consacré plusieurs séries de travaux à la reformulation de la théorie de la légitimité et de la légitimation (notamment à partir d’une discussion critique de la tradition wébérienne), à l’analyse de l’action collective protestataire, à celle des jeux politiques dans les systèmes sociaux complexes et enfin à plusieurs problèmes de l’épistémologie des sciences sociales et de la démarche historienne. Ses recherches actuelles visent en particulier à construire une alternative robuste aux prétentions des perspectives du « rational choice ».

Avant de rejoindre la Sorbonne, Michel Dobry a été professeur à l’Université Paris X-Nanterre (1987-2001) et, auparavant, à celle de Perpignan (1984-1987). Il a été co-président du Réseau scientifique international de l’European Science Foundation « Social Transformations in Central and Eastern Europe » et, de 1993 à 2003, directeur du Laboratoire d’Analyse des Systèmes Politiques (UMR CNRS). Entre 1990 et 2012, il a été membre de la rédaction de la Revue Française de Science Politique et demeure membre des comités scientifiques de plusieurs revues françaises et internationales de sciences sociales. Il a également été part-time Professor à l’European University Institute de Florence et est fréquemment invité dans des universités françaises et étrangères pour des conférences ou débats sur ses travaux.



Publications (sélection thématique)

Crises politiques, processus critiques, théorie des conjonctures fluides

  • « Mobilisations multisectorielles et dynamique des crises politiques. Un point de vue heuristique », Revue Française de Sociologie, vol. 24, n° 3, juillet-septembre 1983.
  • Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1986, réédité en 1992 et 2009.
    • Traductions :
      • en espagnol et en catalan : Sociologia de las crisis politicas, Madrid, Siglo XXI, 1988 ;
      • en polonais : Socjologia kryzysow politychnych, Varsovie, PWN, 1995 ;
      • en portugais (Brésil) : Sociologia das crises politicas, Sao Paulo, Editora UNESP, 2014.
  • Risques collectifs et situations de crise. Réflexions à partir d’une analyse sociologique des crises politiques, C.N.R.S., Grenoble, 1995.
  • « Ereignisse und Situationlogik : Lehren, die man aus der Untersuchung von Situationen politischer Unübersichtlichkeit ziehen kann », Geschichte und Gesellschaft , Sonderheft 19 (Structur und Ereignis, Structure et événement), 2001.
  • « Ce dont sont faites les logiques de situation », in P. Favre, O. Fillieule et F. Jobard, dir., L’atelier du politiste. Théories, actions, représentations, Paris, La Découverte, 2007, p. 119-148.
  • « Préface à l’édition de 2009 », Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences po, 2009 (3ème édition revue et augmentée d’une préface inédite), p. XI – XLV.
  • « Critical Processes and Political Fluidity : a Theoretical Appraisal », International Political Anthropology, vol. 2, n°1, May 2009, p. 73 – 88.
  • Repris dans A. Horvath, B. Thomassen, H.Wydra, dir., Breaking Boundaries : Varieties of Liminality, New York, Berghahn, 2015.
  • Traduction en chinois in C. Froissart, dir., Citizenship in Action : Institutionalized and Non-institutionalized Forms of Participation, Beijing, Encyclopedia of China Publishing House, 2018.
  • « Le politique dans ses états critiques : retour sur quelques aspects de l’hypothèse de continuité », in M. Bessin, C. Bidart et M. Grossetti, dir., Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2010.
  • « Crisis », International Encyclopedia of Political Science, Thousand Oaks, Sage, 2011.
  • « Eléments de réponse. Principes et implications d’une perspective relationnelle’, in M. Aït-Aoudia, A. Roger, dir., La logique du désordre. Relire la sociologie de Michel Dobry, Paris, Presses de Sciences-Po, 2015.
  • « Je n’ai pas un rapport entièrement détendu à l’histoire », in B. Gaïti et J. Siméant-Germanos, dir., La consistance des crises. Autour de Michel Dobry, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018.
  • « Conjonctures fluides », in O. Fillieule, L. Mathieu et C. Péchu, dir., Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences po, 2020.

Mouvements autoritaires et fascistes en France et en Europe dans l’entre-deux guerres

  • ‘Février 1934 et la découverte de l’« allergie » de la société française à la Révolution fasciste’, Revue Française de Sociologie, vol.30, n° 3-4, juillet-décembre 1989.
  • - Traduction en anglais : ‘February 1934 and the Discovery of French Society’s Allergy to the “Fascist Revolution”’, in B. Jenkins, ed., France in the Era of Fascism : Essays on the French Authoritarian Right, Oxford and New York, Berghahn, 2005.
  • « France : an Ambiguous Survival », in D. Berg-Schlosser et J. Mitchell, dir., Conditions for Democracy in Interwar Europe, London, Macmillan, 2000.
  • « Charisme et rationalité : le “phénomène nazi” dans l’histoire », in J. Lagroye, dir., La politisation, Paris , Belin, 2003.
  • « La thèse immunitaire face aux fascismes. Pour une critique de la logique classificatoire’, in M. Dobry, ed., Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003.
  • Le mythe de l’allergie française au fascisme, M. Dobry, dir., Paris, Albin Michel, 2003.
  • « Hitler, Charisma, and Structure : Reflections on Historical Methodology », Totalitarian Movements and Political Religions, vol. 7, n°2, 2006.
  • Repris in A. Costa Pinto, R. Eatwell and S. Larsen, dir., Charisma and Fascism, London, Routledge, 2007.
  • « Desesperately seeking ‘generic fascism’ » : some discordant thoughts on the academic recycling of indigenous categories’, in A. Costa Pinto, dir., The Nature of Fascism, London, Palgrave-Macmillan, 2011.

Mobilisations et jeux politiques dans les systèmes complexes

  • « Variation d’emprise sociale et dynamique des représentations : remarques sur une hypothèse de Neil Smelser », in Gérard Duprat, dir., Analyse de l’idéologie, tome 1, Paris, Galilée, 1980.
  • « Le jeu du consensus », Pouvoirs, n°38, 1986.
  • « Logiques de la fluidité politique », in F. Chazel, dir., Action collective et mouvements sociaux, Paris , Presses Universitaires de France, 1993.
  • ‘Calcul, concurrence et gestion du sens : quelques réflexions à propos des manifestations étudiantes de novembre-décembre 1986’, in P. Favre, dir., La manifestation, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1990.
  • « Le Président de la République en cohabitation. Modes de pensée préconstitués et logiques sectorielles », in J. Lagroye et B. Lacroix, dir., Le Président de la République. Usages et genèses d’une institution, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1992.
  • ‘Les causalités de l’improbable et du probable : notes à propos des manifestations de 1989 en Europe de l’Est’, Cultures et Conflits, printemps 1995.
  • « Le renseignement politique dans les démocraties occidentales. Quelques pistes pour l’identification d’un objet flou », Cahiers de la sécurité intérieure (I.H.E.S.I.), n°30, 1997.

Transitions à la démocratie, critique de la “transitologie »

  • « Problems and Illusions in the Study of Transitions to Democracy », Sisyphus. Social Studies, vol.9, n°2, 1992.
  • Les processus de transition à la démocratie, n° spécial de Cultures et Conflits, sous la dir. de M. Dobry, printemps 1995, « Introduction ».
  • Les voies incertaines de la transitologie : choix stratégiques, séquences historiques, bifurcations et processus de path dependence’, Revue Française de Science Politique, vol.50, n°4-5, August-October 2000.
  • Traduction en espagnol : « Las vias inciertas de la transitologia », Temas, n° 50-51, abril-septembre de 2007.
  • ‘Paths, Choices, Outcomes, and Uncertainty. Elements for a critique of transitological reason’, in M. Dobry, dir., Democratic and Capitalist transitions in Eastern Europe. Lessons for the Social Sciences, Dordrecht and Boston, Kluwer, 2000.
  • « Introduction : When Transitology Meets Simultaneous Transitions », in M. Dobry, dir., Democratic and Capitalist transitions in Eastern Europe. Lessons for the Social Sciences, Dordrecht and Boston, Kluwer, 2000.

Légitimité, legitimation

« Valeurs, croyances et transactions collusives. Notes pour une réorientation de l’analyse de la légitimation des systèmes démocratiques », in J. Santiso, dir., A la recherche de la démocratie, Paris, Karthala, 2002.
« Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques “complications” de la sociologie de Max Weber », in P. Favre, J. Hayward and Y. Schemeil, dir., Etre Gouverné. Hommages à Jean Leca, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

Questions d’épistémologie et de méthode des sciences sociales

  • « Clausewitz et l’ « entre-deux », ou de quelques difficultés d’une recherche de paternité légitime », Revue Française de Sociologie, vol. 17, n°4, octobre – décembre 1976.
  • « Note sur la théorie de l’interaction stratégique », Annuaire Arès. vol. I, 1978.
  • « Les avatars de la modernisation : anatomie d’un échec exemplaire », in G. Duprat, dir., Connaissance du politique, Paris, Presses Universitaires de France, 1990.
  • « Brève note sur les turpitudes de la crisologie : que sommes nous en droit de déduire des multiples usages du mot « crise » ? », Cahiers de la sécurité intérieure (IHESI), n°7, janvier 1992.
  • « Penser = classer ? », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 59, juin 2005.
  • « Situational Analysis : Some Proposals for a Non-Popperian Programme », in M. Cherkaoui and P. Hamilton, ed., Raymond Boudon. A Life in Sociology. Essays in Honour of Raymond Boudon, Oxford, Bardwell Press, 2009.

Autres publications

  • « L’apport de l’école néo-phénomenologique » (à propos du livre de Peter Berger et Thomas Luckmann, The Social Construction of Reality), in G. Duprat, dir., Analyse de l’idéologie, tome 2, Paris, Galilée, 1982.
  • « Contre la surestimation de l’idéologie » (analyse critique du livre de Nicos Poulantzas, Pouvoir politique et classes sociales), in G. Duprat, dir., Analyse de l’idéologie, tome 2, Paris, Galilée, 1982.
  • « La fragilité d’un mouvement auto-limité. Un entretien avec Michel Dobry » (à propos du mouvement étudiant de 1986, réalisé par S. Bourmeau et J.Ph. Heurtin), Politix. Revue des sciences sociales du politique, n°1, 1988
  • « Préface » à Janvier Onana, Le sacre des indigènes évolués. La professionnalisation politique au Cameroun, Paris, Dianoïa, 2004.
  • « Préface » à Carole Sigman, Clubs politiques et perestroïka en Russie. Subversion sans dissidence, Paris, Karthala, 2009.
  • « Préface » à Elsa Rambaud, Médecins sans frontières. Sociologie d’une institution critique, Paris, Dalloz, 2015.

Conférences et colloques (depuis 2011)

  • Intervention au colloque « Relire Sociologie des crises politiques : enjeux épistémologiques, théoriques et méthodologiques », Sciences-po Bordeaux, 20-21 janvier 2011 (les actes du colloque ont été publiés en 2015 aux Presses de Sciences-po).
  • « Que faire du charisme ? », communication au colloque « Max Weber et la notion de charisme », Ecole Normale Supérieure (Ulm), Paris, 28-29 janvier 2011.
  • Colloque « Rethinking ‘Dictatorship’, Fascism’ and the ‘Fascist Regime’ », Université de Lisbonne (Institute of Social Sciences), 3-5 février 2011, discutant.
  • « Systèmes politiques et ‘équilibre’ : réflexions à la lumière de la théorie des conjonctures fluides », conférence à l’Université de Lausanne (Centre Walras-Pareto), Lausanne, 30 mars 2011.
  • « Réflexions sur l’approche ‘constructiviste’ dans l’analyse des relations internationales », conférence à l’Université Catholique Pontificale de Sao Paulo, 18 avril 2012.
  • « La structure du système international depuis l’effondrement de l’URSS », conférence au Centro de Estudos de Cultura Contemporanea (CEDEC), Sao Paulo, 20 avril 2012.
  • « La théorie des conjonctures fluides face aux révoltes et révolutions arabes », conférence à l’Université Fédérale du Paraiba, Joao Pessoa, Brésil, 24 avril 2012.
  • Communication au colloque « Révolutions et transitions politiques dans le monde arabe », Université Paris III, 22-23 mai 2012.
  • « Les deux constructivismes », communication aux Journées d’études de la revue Politix, Université Paris 1, 31 mai - 1er juin 2012, à paraître.
  • « Penser les crises politiques et les révolutions », conférence au Haut Collège d’Economie, Moscou, 30 mai 2013.
  • Synthèse et conclusions du colloque « Silence et prise de parole. Les intellectuels communistes dans les sociétés de type soviétique », Ludwig Boltzman Institute et Centre Marc Bloch, Berlin, 14-15 juin 2013, 45 mn.
  • « Les révolutions arabes », conférence à l’Université de Paris-Dauphine, Paris, 17 juin 2013.
  • Communication à la Semaine de l’histoire, session « Reconnaître la Révolution », ENS (Ulm), Paris, 22 octobre 2013.
  • « Habitus et institution », conférence à Université de Strasbourg, 7 novembre 2013, à paraître dans un ouvrage collectif.
  • Journée d’études « Autour des travaux de Michel Dobry » de l’Atelier d’épistémologie des sciences sociales (CoFSS), Ecole Normale Supérieure (Ulm), Paris, 22 mai 2014, intervention.
  • conférence de clôture de l’Ecole d’été « Extrications from authoritarian socialism, from 1945 to the present », au RGASPI, Moscou, 25 - 30 août 2014 (école co-organisée par l’Université d’Etat des Sciences Humaines de Moscou, le RGASPI, l’association Mémorial et le CFR).
  • « Les causalités de l’improbable et du probable : comprendre l’action collective protestataire », conférence à l’Institut Français de Pékin, 14 octobre 2014, publiée en chinois en 2015.
  • « Penser les crises politiques et les révolutions », conférence à l’Université Tsinghua, Pékin, 15 octobre 2014 (co-organisée par l’Université Tsinghua et le Centre franco-chinois de Pékin), publiée en chinois en 2017.
  • « La ‘structure’ du système international : problèmes de recherche », conférence à l’Université Tsinghua, Pékin, 17 octobre 2014 (co-organisée par l’Université Tsinghua et le Centre franco-chinois de Pékin).
  • « Changements d’état et continuité du politique », intervention au débat autour de mes travaux, Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence (Cherpa), Séminaire « Itinéraires de recherche », 22 janvier 2015.
  • « Retour sur la sociologie des révolutions : quelques problèmes d’analyse », conférence à l’Université de Sao Paulo, 6 avril 2015.
  • « Légitimité et délégitimation : les limites du paradigme wébérien », conférence à l’Université de Campinas, Brésil, 9 avril 2015.
  • « Que sont les logiques de situation ? » conférence à l’UNESP, Sao Paulo, 13 avril 2015.
  • « Crises politiques et légitimité politique », conférence à l’Escuola de Sociologia et Politica, Sao Paulo, 14 avril 2015.
  • Conférence d’ouverture du colloque international « Sociologie politique de la crise brésilienne », Université Paris 1, 11 décembre 2015.
  • Workshop autour de l’ouvrage de Myriam Aït-Aoudia et Antoine Roger, dir., La logique du désordre. Relire la sociologie de Michel Dobry, Presses de Sciences Po, 2015, Réseau thématique 34 « Sociologie politique » de l’Association Française de Sociologie et Cresppa-CSU, Paris, 21 janvier 2016, intervention.
  • « Ni guerre, ni paix : réflexions sur la construction de l’objet », synthèse et conclusions du séminaire annuel de l’ANR « Ni guerre, ni paix » (2015-2016, EHESS), Paris, 28 juin 2016.
  • « Sociologie et causalité historique : discussion avec Michel Dobry », séminaire interne du LIER, EHESS, Paris,10 mars 2017, interventions.
  • Workshop « Die Logik der Unordnung : zu Michel Dobrys Soziologie der politischen Krisen », Centre Marc Bloch, Berlin, 23 mai 2017, intervention.
  • Conférence de clôture du séminaire résidentiel « Area studies et approches disciplinaires », Fondation des Treilles, Tourtour, 10-15 juillet 2017.
  • Conférence de clôture du colloque « Ni paix, ni guerre. Les transformations des nouages du droit et de la violence », Paris, EHESS, 12-13 octobre 2017.
  • Conférence inaugurale au colloque « Beetween Russian Empires. One hundred years on », Collège d’Europe de Natolin (Varsovie), 15 mars 2018.
  • Conférence à l’Université du Chili, Santiago du Chili, 15 mai 2018 : « Crisis politicas contemporaneas : perspectivas y analisis de caso » (conférence inaugurale du Seminario International del Doctorado en Ciencias Sociales).
  • Conférence à Université Diego Portales (Catedra Norbert Lechner), Santiago du Chili, 16 mai 2018 : « Comprender mayo del 1968 a partir de la sociologia de las crisis ».
  • « Penser le système international », conférence à l’IEP de Strasbourg 5 décembre 2018.
  • « Qu’est-ce que l’autoritarisme », journée d’étude, centre Max Weber-ENS de Lyon et Triangle- IEP de Lyon, Lyon, 14 décembre 2018, discutant.
  • « La sociologie des crises politiques : quelques problèmes de recherche », conférence à l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes, Istanbul, 6 mars 2019.
  • « Penser l’action collective », conférence à l’Université de Galatasaray, Istanbul, 4 mars 2019.
  • « Révoltes et révolutions en Europe, 19ème et 20ème siècles », série de conférences au Collège Universitaire Européen de Natolin (Varsovie), 4, 6 et 8 mai 2019.
  • Conférence de clôture du colloque « Gouverner la violence ? Dynamiques normatives autour de la violence contemporaine », MSH Lyon-St. Etienne, Lyon, 8 novembre 2019.
  • Journées d’études « Les conséquences de la loyauté forcée » (Projet ANR Calot), Institut Français d’Etudes Anatoliennes, Istanbul, 16 et 17 janvier 2020 : intervention et discussion.

Parcours

  • Doctorat d’Etat en science politique, janvier 1984
  • Agrégation de science politique, juillet 1984 ;
  • Professeur à l’Université de Perpignan, 1984-1987 ;
  • Professeur à l’Université Paris X- Nanterre, 1987-2001 ;
  • Professeur à l’Université Paris I, depuis septembre 2001.

Publications récentes

  • La consistance des crises

    Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos (dir.), PUR, 2018 Collection : Res Publica 330 pages
    L’œuvre de Michel Dobry apparaît comme une des plus singulières et fécondes (…)