DAHANI Safia

Présentation

Safia Dahani est post-doctorante en sociologie à l’EHESS. Elle mène actuellement des recherches sur la sociologie des mouvements étudiants, et notamment sur les dirigeants de la Fédération des Associations Générales Etudiantes (FAGE).

Docteure en science politique de l’Université Toulouse 1 Capitole (LaSSP/Sciences Po Toulouse), ses principales recherches portent sur la légitimation de l’extrême-droite contemporaine, étudiée au prisme de celle du Rassemblement National (organisation, dirigeants, répertoires d’action).

Fonctions

2022-2024 : Post-doctorante en sociologie, CESSP/EHESS

Projet de recherche : sociologie des dirigeants de la Fédération des Associations Générales Étudiantes (FAGE)

2023-2024 : Enseignante vacataire en science politique à Sciences Po Toulouse et à l’Université Toulouse 1 Capitole

Formation universitaire et qualifications

  • 2023 : Sous-admissible au concours national de l’agrégation de science politique
  • 2022 : Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en science politique (section 04) et en sociologie-démographie (section 19)
  • 2022 : Doctorat en science politique, Université Toulouse 1 Capitole et Sciences Po Toulouse

Thèse :

Une institutionnalisation dans la tradition. Sociologie d’un parti patrimonial, le Front national
Direction : Eric Darras, LaSSP/Sciences Po Toulouse

Jury :
Annie Collovald, professeure des universités, Université Paris X-Nanterre (examinatrice)
Jean-Michel Eymeri-Douzans, professeur des universités, LaSSP/Sciences Po Toulouse
Julien Fretel, professeur des universités, CESSP/Université Paris 1-Panthéon Sorbonne (rapporteur)
Rémi Lefebvre, professeur des universités, CERAPS/Université de Lille II (rapporteur)
Nonna Mayer, directrice émérite de recherche, CEE/Sciences Po Paris (examinatrice)
Mention : les mentions ne sont plus délivrées par l’établissement

Résumé :
Cette thèse de science politique propose d’actualiser la réflexion wéberienne sur la domination et la légitimation patrimoniale en l’appliquant à l’étude du cas de l’institutionnalisation tardive du Front National. Considérer le FN comme un parti patrimonial, c’est étudier sa trajectoire en tant que collectif agissant, trajectoire dans le champ politique parfois heurtée, mais qui relève bien d’une légitimation. Cette légitimation n’est pas linéaire, elle s’explique par les tensions entre légitimités charismatiques, traditionnelles et bureaucratiques. La sociologie des groupes dirigeants nationaux-frontistes dévoile ainsi une structure de parti, comme objectivation des relations sociales d’associés-rivaux à l’extrême-droite du champ, particulière car marquée par la domination patrimoniale. Elle questionne également sur les professionnalisations à l’œuvre dans l’organisation, sur les rétributions du militantisme ainsi que sur la reproduction et la subversion des hiérarchies au sein du parti. En filigrane, elle montre aussi comment le FN participe ainsi à la clôture du champ politique sur lui-même. La thèse se déploie en cinq chapitres. Les deux premiers interrogent de manière liée la succession filiale à la tête du parti. Le troisième revient sur la structure des relations des groupes dirigeants, et interroge en ce sens la société de Cour avec ses sous sociétés de cour national-frontistes. Le quatrième rend compte des logiques sociales et genrées du recrutement politique au sommet du FN. Le cinquième chapitre questionne dans un même mouvement les engagements et désengagements dont les exclusions partisanes, afin de montrer la permanence de l’ordre patrimonial jusque dans les crises de l’organisation. La thèse repose sur une enquête aux méthodes combinées, entretiens de tous types, observations ethnographiques des lieux de pouvoir comme des meetings, mais aussi sur une prosopographie originale des dirigeants depuis 1972, couplée à un travail sur les archives partisanes ou sur les bases de données de l’INA.

  • 2014 : Master II, Sociologie politique, LaSSP/Sciences Po Toulouse
  • 2014 : Diplôme de Sciences Po Toulouse
  • Fonctions occupées dans la recherche
  • 2022 : Chargée d’enquête, projet Mémoire de la tuerie du conseil municipal de Nanterre, Nanterre
  • 2022 : Chargée d’enquête, projet Baromètre Politique en Occitanie, Université Montpellier II et Sciences Po Toulouse

Fonctions occupées dans l’enseignement

  • 2022-2023 : Chargée de cours vacataire, Université Paris Est Créteil, Université Paris X-Nanterre, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne et Sciences Po Toulouse
  • 2018-2020 : Attachée temporaire d’enseignement et de recherche en science politique, Sciences Po Aix-en-Provence
  • 2016-2018 : Chargée de cours monitrice, Sciences Po Toulouse

Publications

Coordination d’ouvrage

  • Dahani Safia, Estelle Delaine, Faury Félicien, Letourneur Guillaume (dir.), Sociologie politique du Rassemblement National. Enquêtes de terrain, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, à paraître (novembre 2023)

Chapitres d’ouvrage

  • Dahani Safia, « D’un parti à l’autre. Contribution à la sociologie des inconstances partisanes », in Dahani S., Delaine E., Faury F. & Letourneur G. (dir.), Sociologie politique du Rassemblement National. Enquêtes de terrain, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, à paraître (novembre 2023).
  • Dahani Safia, Delaine Estelle, « Introduction. Enquêter à l’extrême-droite : enjeux éthiques et épistémologiques », in Dahani S., Delaine E., Faury F. & Letourneur G. (dir.), Sociologie politique du Rassemblement National. Enquêtes de terrain, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, à paraître (novembre 2023).
  • Dahani Safia, « Un parti si peu populaire. Sur quelques logiques de représentation des classes populaire parmi les dirigeants du Rassemblement National », Mauger G. et Pelletier W. (dir.)., Pourquoi tant de votes RN dans les classes populaires ?, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, 2023.
  • Dahani Safia, « Une médiatisation à plusieurs visages : le cas des dirigeants du Front National », Desrumaux Clément et Nollet Jérémie (dir.), Un capital médiatique ? Usages et légitimation de la médiatisation en politique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021, p. 55-72.
  • Crippa Margherita, Dahani Safia, Faury Félicien Letourneur Guillaume et Monneau Emmanuel, « Le clivage gauche-droite depuis l’extrême-droite. Rapports à la droite et à la gauche d’électeurs FN », Achin C., Aldrin P., Agrikoliansky E., Barrault-Stella L. (dir.), Ouvrage conclusif de l’ANR Alcôv, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, à paraître (2023).
  • Barrault-Stella Lorenzo, Berjaud Clémentine, Dahani Safia, « Quand le quartier produit de l’altérisation raciale : ségrégation et divisions politiques en milieux populaires », Barrault-Stella L., Berjaud C. et Taiclet A-F. (dir.), Les ancrages urbains du vote. Enquête sur la socialisation politique résidentielle, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, 2022, p. 73-116.
  • Baloge Martin, Challier Raphaël, Dahani Safia et Petit Guillaume, « Le crépuscule de l’encadrement politique local ? Différenciation socio-spatiale du travail de campagne et déprises partisanes », Barrault-Stella L., Berjaud C. et Taiclet A-F. (dir.), Les ancrages urbains du vote. Enquête sur la socialisation politique résidentielle, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, 2022, p. 117-162.
  • Barrault-Stella, Lorenzo, Clémentine Berjaud, et Safia Dahani. « L’instabilité des soutiens populaires à Emmanuel Macron. Les usages fluctuants de bulletins de vote Macron et LaREM dans un quartier populaire en 2017 », Bernard Dolez éd., L’entreprise Macron. Presses universitaires de Grenoble, 2019, pp. 173-184.
  • Articles collectifs dans des revues ACL
  • Barrault-Stella, L., Baloge, M., Berjaud, C., Dahani, S. & Taiclet, A. (2020). Voter entre soi et contre les autres : Altérisation raciale et appartenance de classe dans le 18e arrondissement de Paris. Actes de la recherche en sciences sociales, 232-233, 30-49.
  • Barrault-Stella, L., Berjaud, C., Bouron, S., Challier, R., Dahani, S., Faury, F., Masson, C. & Monneau, E. (2019). L’alignement des réceptions : Le débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle de 2017 du côté des publics. Genèses, 116, 77-110.
  • Barrault-Stella, L., Berjaud, C. & Dahani, S. (2018). Les pratiques électorales entre classe, genre et race. Travail, genre et sociétés, 40, 51-68.

Article dans une revue

  • Dahani, S. (2018). « Incorporer la contrainte, transmettre la critique, occuper les médias : Sur la médiatisation de jeunes dirigeants du Front National », Savoir/Agir, vol 4, n°46, pp. 83-88.