CHAVANON Morane

En 2019, j’ai soutenu une thèse de sociologie politique à l’université Lyon-II portant sur la construction d’une demande sociale de mémoire rapportée à l’immigration dès la fin des années 1990. À partir d’une démarche ethnographique menée dans deux villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes – Villeurbanne et Saint-Étienne –, il s’agissait de s’attacher aux politiques publiques et aux actions citoyennes participant de la construction d’un « besoin de mémoire » lié au passé migratoire.
En post-doctorat auprès de l’EHESS, ma recherche actuelle porte sur les migrations contemporaines et les spécificités de l’accueil en ruralité. Elle s’articule autour de trois axes : une documentation des migrations internationales qui travaillent les territoires ruraux contemporains, une démarche ethnographique menée auprès des acteurs locaux – institutionnels et citoyens – investis dans l’accueil des étranger·es, et une analyse des effets de la ruralité sur les parcours migratoires.

Principales publications

Chapitres d’ouvrages

  • Chavanon Morane, "Les habitants, nouveaux acteurs du patrimoine ?", in Alexandre Delarge (dir.) "Le musée participatif. L’ambition des écomusées", Paris, La Documentation française, 2018.
  • Chavanon Morane, "Mobilisations mémorielles et revendications citoyennes : une comparaison de Villeurbanne et Saint-Etienne", in Michèle Baussant, Marina Chauliac, Sarah Gensburger et Nancy Venel (dir.), "Les terrains de la mémoire. Approches croisées à l’échelle locale", Presses universitaires de Paris Nanterre, coll. Les Passés dans le présent, 2018.

Publications dans des revues avec comité de lecture

  • Chavanon Morane, « La mise en récit participative du passé migratoire local : le défi d’une mémoire partagée, entre projet urbain et mobilisation politique », Participations 3/ 2014 (N° 10), p. 39-59.
  • Chavanon Morane, "L’usage stratégique des médias dans les luttes patrimoniales : le cas des candidatures françaises au ’Patrimoine culturel immatériel’ de l’Unesco (2009-2014)", Cahiers Mémoire et Politique, n°2 2014, p. 147-160.