CESSP - Centre européen de sociologie et de science politique


Rechercher




Accueil > Membres > Permanents > BRIQUET Jean-Louis

BRIQUET Jean-Louis

Directeur de recherche, CNRS
Directeur du CESSP


Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)
Université Paris 1
Département de science politique
Bureau G. 612
14 rue Cujas
75005 Paris

Contact : jean-louis.briquet@univ-paris1.fr
Tél. +33 (0)1 40 46 28 28


Jean-Louis Briquet est directeur de recherche au CNRS. Diplômé de l’Ecole normale supérieure de Saint-Cloud ainsi qu’en littérature française et en sciences sociales, il a obtenu un doctorat de science politique à l’Université Paris 1-Sorbonne avec une thèse consacrée à la sociohistoire du clientélisme en Corse. Ses recherches portent sur les pratiques politiques officieuses (clientélisme, corruption, criminalité politique), la sociologie des élites (phénomènes notabiliaires, économie morale des liens politiques) ainsi que sur l’histoire politique de l’Italie républicaine. Il a été professeur invité à l’Université de Turin et à l’Université de Palerme et enseigne actuellement à l’Université Paris 1 et à l’EHESS. Il est membre des comités de rédaction de Politix, Meridiana. Rivista di storia e scienze sociali et Global Crime.

Jean-Louis Briquet is permanent CNRS director of research, he is also director of the CESSP since 2014. He has graduated from Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud in 1991, and he holds an MA both in Literature and in Social Sciences. He received a Ph.D and HDR degrees in Political Science from the University of Paris I - Sorbonne, France, in 1994 and 2006 respectively. He focuses on the unofficial political practices “clientelism”, corruption, political criminality), the sociology of elites (the political leadership, the moral economy of the political relationships) and the political history of the republican Italy. He has been guest Professor in the University of Turin and in the University of Palermo. He is currently teaching at the University of Paris I-Sorbonne and at EHESS. He also serves as an Editorial Board member of scientific journals, such as Politix, Meridiana. Rivista di storia e scienze sociali and Global Crime.


Thèmes de recherche

  • Clientélisme politique – Corruption – Criminalisation de la politique Elites politiques – Sociohistoire du phénomène notabiliaire – Métier politique local Sociologie politique de l’Italie contemporaine
  • Ces thèmes de recherche s’articulent dans un projet plus général d’analyse de la « politique officieuse », du double point de vue des mécanismes de pouvoir (entretiens des électorats, constitutions de réseaux collusifs, économie morale du lien politique) et des effets politiques de sa dénonciation (scandales, délégitimation, crise politique).

Formation

  • Ecole normale supérieure de Saint-Cloud, sections lettres modernes puis sciences sociales (1982-1986)
  • Agrégation de sciences sociales (1985)
  • Doctorat en science politique et habilitation à diriger des recherches, Université Paris 1 -Sorbonne – thèse : « La tradition en mouvement. La politique clientélaire et ses transformations dans la Corse contemporaine (XIXe-XXe siècles) » », sous la direction de Jacques Lagroye (1994)

Cursus

  • Assistant normalien à l’Université de Picardie, UFR Droit et sciences sociales (1986- 1989) Agrégé détaché à l’Ecole normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, section sciences sociales (1989-1991)
  • Agrégé détaché auprès de l’Ambassade de France en Italie, assistant à la faculté de science politique de l’Université de Palerme (1991-1994)
  • Chargé de recherche CNRS au CEPEL (Université Montpellier 1) puis au CERI (Sciences Po Paris) (1994-2006)
  • Directeur de recherche CNRS depuis 2006 (CERI-Sciences Po et CESSP depuis 2011).

Enseignements

Enseignements 2013-2014

  • Université Paris 1, Master 2 recherche Sociologie et institutions du politique : séminaire « Sociohistoire de la politisation. Les ressorts officieux de l’activité politique »
  • Université Paris 1, Master 1 Science politique, Cours « Sociétés politiques comparées » (avec Johanna Siméant et Gilles Dorronsoro)
  • Université Paris 1, Licence, Droit et science politique, 1re année : Cours « Sociologie politique ».

Enseignements avant 2013

  • 1986-1989. Université de Picardie, UFR Droit et sciences politiques et sociales : travaux dirigés de droit public et science politique ; cours d’anthropologie politique.
  • 1989-1991. Ecole normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, section sciences sociales : préparation à l’agrégation de sciences sociales.
  • 1991-1994. Université de Palerme, Faculté de science politiques : « Histoire politique de la France (XIXe-XXe siècles) », « La société française contemporaine ».
  • 1994-1996. Ecole normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud : préparation à l’agrégation de sciences sociales (« La participation politique »)
  • 1994-1996 et 1997-1998. Université de Palerme, faculté de science politique (professeur invité) : séminaire « Les transformations des pratiques politiques dans la Sicile contemporaine ».
  • 1998-2000. Université de Turin, département d’études politiques (professeur invité) : cours « Politisation et modernisation politique en France et en Italie (XIXe-XXe siècles ».
  • 1999-2002. Institut d’études politiques de Paris : enseignement à option « Corruption et politique », second cycle IEP.
  • 2000-2003. Université Paris 1, département de science politique, DESS communication politique : cours « Sociologie du pouvoir local ».
  • 2003-2004. Ecole des hautes études en sciences sociales : séminaire « Sociologie politique de l’Italie contemporaine ».
  • 2004-2006. Institut d’études politiques de Paris, Master 2 recherche : séminaire « Sociologie des entreprises criminelles et lutte contre la criminalité organisée transnationale », avec Gilles Favarel-Garrigues.
  • 2004-2007. Université Lille 2, Master 2 recherche en science politique : séminaire « Les ressorts officieux de la vie politique ».
  • 2004-2007. Ecole normale supérieure de Paris, Cycle de formation aux études politiques : cours « Introduction à la sociologie politique comparée ».
  • 2005-2010. Université Paris Dauphine, Master 2 de recherche en science politique : séminaire « Sociologie politique comparée ».
  • 2009-2012. Sciences Po Paris, enseignement d’ouverture 1er cycle, « Sociologie des entreprises criminelles », avec Gilles Favarel-Garrigues.
  • 2010-2012. Université Paris Dauphine, Master 1 Sociologie et science politique : cours « Méthodes de la science politique ».

Autres activités

  • Membre du comité de rédaction de la revue Politix. Revue des sciences sociales du politique, depuis sa création en 1987 ; corédacteur en chef de cette revue de 2006 à 2010.
  • Membre des comités de rédaction des revues Critique internationale (1999-2002), Global Crime (depuis 2003) et Meridiana. Rivista di storia e scienze sociali (depuis 2003).
  • Co-responsable du groupe de recherche « Sociologie des entreprises criminelles », Centre d’études et de recherches internationales (CERI), Sciences Po Paris, avec Gilles Favarel-Garrigues (2002-2008).
  • Coordinateur de l’axe de recherche transversal du CERI « Trajectoires historiques de l’Etat » (2005-2010)
  • Membre fondateur du Standing Group « Organized Crime » de l’European Consortium of Political Science (ECPR)
  • Membre élu du Conseil national des universités, section 04 (science politique), 2003- 2006.
  • Adjoint à la direction scientifique sociologie-science politique de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES), 2007-2010.

Publications

Ouvrages

  • La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997
  • Mafia, justice et politique. L’affaire Andreotti dans la crise de la République (1992- 2004), Paris, Karthala, 2007 (traduction italienne en cours, Rome, XL Edizioni)

Directions d’ouvrages collectifs

  • (avec Frédéric Sawicki), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, Presses universitaires de France, 1998.
  • (avec Philippe Garraud), Juger la politique. Entreprises et entrepreneurs critiques de la politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.
  • (avec Romain Bertrand et Peter Pels), Cultures of Voting. The Hidden History of the Secret Ballot, Londres, Hurst, 2006.
  • (avec Alfio Mastropaolo), Politica in Italia. Edizione 2007, Bologne, Il Mulino, 2007, (trad. anglaise : Italian Politics. The Center-Left Poisened Victory, New-York-Oxford, Berghan Books, 2008).
  • (avec Gilles Favarel-Garrigues), Milieux criminels et pouvoir politique. Les ressorts illicites de l’Etat, Paris, Karthala, 2008 (trad. anglaise : Organized Crime and the State. The Hidden Face of Politics, New York, Palgrave-MacMillan, 2010)

Directions de numéros de revue (dossiers thématiques)

  • « L’espace du local », Politix, n° 7-8, 1989 (avec Frédéric Sawicki). « Incertitudes italiennes », Politix, n° 30, 1995. « Clientelismi », Quaderni storici, n° 97, XXXII (1), avril 1998. « Les mafias », Politix, n° 49, 2000.
  • « Trajectoires de la notabilité. 1. Pratiques et stratégies », Politix, n° 65, 2004.
  • « Trajectoires de la notabilité. 2. Production et reproduction », Politix, n° 67, 2004.
  • « Hommes d’affaires en politique », Politix, n° 84, 2008.
  • « Questione morale e politica. Problemi della transizione nella crisi europea di fine Novecento », Memoria e ricerca. Rivista di storia contemporanea, n° 32, 2009.
  • « Ancrages politiques », Politix, n° 92, 2010 (avec Elise Massicard)

Articles dans des revues à comité de lecture

  • « L’analyse localisée du politique », Politix, n° 7-8, 1989, p. 6-16 (avec Frédéric Sawicki). « Les amis de mes amis. Registres de la mobilisation politique dans la Corse rurale », Mots, n° 25, 1990, p. 23-41.
  • « Les “primitifs” de la politique. La perception par les élites du vote rural en Corse sous la IIIe République », Politix, n° 15, 1991, p. 32-47.
  • « Communiquer en actes. Prescriptions de rôle et exercice quotidien du métier politique », Politix, n° 28, 1994, p. 16-26. « La crise politique en Italie. Les interprétations de la crise dans la science politique italienne », Politix, n° 30, 1995, p. 127-138.
  • « Comprendre la mafia. L’analyse de la mafia dans l’histoire et les sciences sociales », Politix, n° 30, 1995, p. 139-150. « Les pratiques politiques “officieuses”. Clientélisme et dualisme politique en Italie du Sud », Genèses, n° 20, 1995, p. 73-94.
  • « Mobilitazioni politiche e congiuntura critica. Ipotesi per l’analisi della crisi politica in Italia », Teoria politica, vol. XII, n° 1, 1996, p. 15-30.
  • « Potere dei notabili e legittimazione politica. Clientelismo e politica in Corsica durante la Terza Repubblica (1870-1940) », Quaderni Storici, vol. 94, n° 1, 1997, p. 121-154.
  • « La politica clientelare. Clientelismo e processi politici », Quaderni Storici, n° 97, 1998, p. 9-30.
  • « Des amitiés paradoxales. Echanges intéressés et morale du désintéressement dans les relations de clientèle », Politix, n° 45, 1999, p. 7-20.
  • « Italie : un système politique en procès », Critique internationale, n° 3, 1999, p. 141- 154.
  • « L’Etat libéral et la “question sicilienne” (1861-1876). Réflexions sur l’historiographie de la formation de l’Etat unitaire en Italie », Le Mouvement social, n° 187, 1999, p. 11- 32.
  • « History in the Courts : Andreotti’s Two Acquittals », Italian Politics, vol. 15, 2000, p. 123-138.
  • « L’histoire au tribunal. Jugement pénal et jugement politique dans le procès Andreotti », Laboratoire italien, n° 2, 2001, p. 89-107.
  • « “Juges rouges” ou “Mains propres”. La politisation de la question judiciaire en Italie », Critique internationale, n° 15, 2002, p. 45-53.
  • « Les formulations savantes d’une catégorie politique. Le clientélisme et l’interprétation sociohistorique du “cas italien” », Genèses, n° 62, 2006, p. 49-68.
  • « The Center-Left’s Poison Victory », Italian Politics, vol. 22, 2007, p. 37-58 (avec Alfio Mastroapolo).
  • « Clientelism and the Socio-Historical Interpretation of the “Italian Case” », Modern Italy, vol. 14, n° 3, 2009, p. 338-356.
  • « Les conditions de félicité d’une croisade morale. Lutte anticorruption et conflits politiques dans l’Italie des années 1990 », Droit et société, n° 72, 2009, p. 285-301.
  • « Questione morale e crisi di regime. La prima Repubblica italiana alla prova degli scandali (1992-1994) », Memoria e ricerca, n° 32, 2009, p. 27-42.
  • « A Crisis of Legitimacy in Italy. The Scandals Facing the First Republic (1992-1994) », International Social Science Journal, n° 196, 2010, p. 297-309.
  • « Notabili e processi di notabilizzazione nella Francia del diciannovesimo e ventesimo secolo », Ricerche di storia politica, vol. XV, n° 1, 2012, p. 279-294.
  • « Retour sur un quart de siècle d’une revue ‘militante’ », Politix, n° 100, 4/2012, p. 9- 40 (avec Frédéric Sawicki).
  • « Justice et politique dans la crise de la ‘première République’ italienne. L’affaire Andreotti (1992-2004) », Cahiers de la justice, n° 2, 2013, p. 101-114.

Contributions à des ouvrages collectifs

  • « Une histoire de famille. La gestion familiale d’un patrimoine politique dans le cas de grands notables corses : les Gavini », in Jean-Luc Parodi, Claude Patriat, dir., L’hérédité en politique, Paris, Economica, 1992, p. 155-169.
  • « Les fondements d’une utopie. La contestation nationalitaire en Corse », in Christian Bideraray, dir., Europe occidentale. Le mirage séparatiste, Paris, Economica, 1997, p. 139-152.
  • « La fin de l’anomalie italienne ? », in Marc Lazar, Ilvo Diamanti, dir., Politique à l’italienne, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 31-42 (traduction italienne : « La fine dell’anomalia italiana », in Marc Lazar, Ilvo Diamanti, a cura di, Stanchi di miracoli. Il sistema politico italiano in cerca di normalità, Milan, Guerini, 1997, p. 49- 59).
  • « Les paradoxes de l’étatisation en Italie. Remarques sur l’historiographie et la formation de l’Etat unitaire », in Martine Kaluszynski, Sophie Wahnich, dir., L’Etat contre la politique ? Les expressions historiques de l’étatisation, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 123-134.
  • « La politique clientélaire. Clientélisme et processus politiques », in Jean-Louis Briquet, Frédéric Sawicki, dir., Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 7-37.
  • « Les infortunes de la vertu. La critique des mœurs parlementaires dans l’Italie libérale (1860-1890) », in Jean-Louis Briquet, Frédéric Sawicki, dir., Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 251- 276.
  • « L’impératif du changement. Critique de la classe politique et renouvellement des parlementaires dans la crise italienne (1992-1994) », in Michel Offerlé, dir., La profession politique (XIXe-XXe siècles), Paris, Belin, 1999, p. 255-277.
  • « Le travail notabiliaire. Production et reproduction de la notabilité en Corse sous la Troisième République », in Bruno Dumons, Gilles Pollet, dir., Elites et pouvoirs locaux. La France du Sud-Est sous la Troisième République, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1999, p. 103-121.
  • « La storia in tribunale. La doppia assoluzione di Giulio Andreotti », in Mark Gilbert, Gianfranco Pasquino, a cura di, Politica in Italia - Edizione 2000, Bologna, Il Mulino, 2000, p. 165-182.
  • « Les territoires imaginaires de l’Europe du Sud. Constructions savantes et productions politiques », in Daniel Cefaï, dir., Cultures politiques, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 385-401.
  • « La guerres des justes. La magistrature antimafia dans la crise italienne », in Jean- Louis Briquet, Philippe Garraud, dir., Juger la politique. Entreprises et entrepreneurs critiques de la politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 103-121.
  • « Contestaciòn nacionalista y criminalizaciòn de la politica. El caso de la Corcega », in Antonio Robles Egea, ed., La sangre de las naciones. Identidades nacionale y violencia politica, Granada, Biblioteca de Bolsillo, 2003 (publication de l’Université de Grenade), p. 193-229.
  • « Organized Crime, Politics and the Judiciary in Post-War Italy », in Felia Allum, Renate Siebert, eds, Organized Crime and the Challenge to Democracy, Londres, Routledge, 2003, p. 188-201.
  • « La politique au village. Vote et mobilisation électorale dans la Corse rurale », in Jacques Lagroye, dir., La politisation, Paris, Belin, 2003, p. 31-46.
  • « Giudizio penale e giudizio storico. Il processo Andreotti e la prima Repubblica », in Marcella Marmo, Luigi Musella, a cura di, La costruzione della verità giudiziaria, Naples, ClioPress, 2003 (publication du département d’histoire de l’Université Federico 2, Naples), p. 185-217.
  • « Leçons d’une crise : l’affirmation de la droite italienne », in Frédérique Matonti, dir., La démobilisation politique, Paris, La Dispute, 2005, p. 229-250.
  • « Une “radicalisation morale” : la crise de la première République italienne (1992- 1994) », in Annie Collovald, Brigitte Gaïti, dir., La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute, 2006, p. 285-307.
  • « Politics in the Village. Voting and Electoral Mobilization in Rural Corsica », in Romain Bertrand, Jean-Louis Briquet, Peter Pels, eds, Cultures of Voting. The Hidden Histrory of the Secret Ballot, Londres, Hurst, 2006, p. 142-155.
  • « La question mafieuse à l’épreuve du procès pénal. Le cas de l’Italie », in Michel Koforeff, Michel Peraldi, Monique Weinberger, dir., Economies criminelles et mondes urbains, Paris, Presses universitaires de France, 2007, p. 161-173.
  • « Italia 2006. La fine della transizione ? », in Jean-Louis Briquet, Alfio Mastropaolo, a cura di, Politica in Italia. Edizione 2007, Bologne, Il Mulino, 2007, p. 53-79 (avec Alfio Mastropaolo).
  • « Introduction. Milieux criminels et pouvoir politique », in Jean-Louis Briquet, Gilles Favarel-Garrigues, dir., Milieux criminels et pouvoir politique. Les ressorts illicites de l’Etat, Paris, Karthala, 2008, p. 5-21 (avec Gilles Favarel-Garrigues).
  • « Violence politique et affairisme criminel en Corse. La question de la “dérive mafieuse” du mouvement nationaliste », in Jean-Louis Briquet, Gilles Favarel- Garrigues, dir., Milieux criminels et pouvoir politique. Les ressorts illicites de l’Etat, Paris, Karthala, 2008, p. 251-281.
  • « Criminalità, affarismo e politica in Corsica », in Alessandra Dino, a cura di, Criminalità dei potenti e metodo mafioso, Milano-Udine, Mimesis Edizioni, 2009, p. 103-118.
  • « Clientelism and corruption », in A. Mammone, E. G. Parini, G. A. Veltri, eds, Routledge Handbook of Contemporary Italy. History, Politics, and Society, 2015, chap.20, 354p.
  • « Le système des pots-de-vin. Normes et pratiques des échanges corrompus dans l’Italie de Tangentopoli », in F. Dard, F. Monier, J.I. Engels (dir.), Patronage et corruption politiques dans l’Europe contemporaine. Patronage et corruption politiques dans l’Europe contemporaine, Paris, Armand Colin, Mars 2014, chap.12.

Autres publications

  • « Corse : les enjeux du particularisme », Pouvoirs locaux, n° 6, 1990, p. 27-32.
  • « L’Italie en révolution ? », Bulletin du Centre d’analyse et de prévision, Ministère des Affaires étrangères, n° 58, hiver 1994, p. 93-111.
  • « Italie. Les changements politiques des années 1990 », Problèmes politiques et sociaux, Paris, La Documentation française, n° 788, août 1997.
  • « Le problème corse », Regards sur l’actualité, Paris, La Documentation française, n° 240, avril 1998, p. 25-37.
  • « Echanges culturels et formation d’une identité politique européenne. Une analyse comparative des pays d’Europe du Sud (Espagne, France, Grèce, Italie) », Rapport de recherche pour la Commission Européenne, DG XXII, Programme « Jeunesse pour l’Europe », juillet 1998.
  • « L’Italie en 1999 : la transition sans fin », in Alfred Grosser, dir., Les pays d’Europe occidentale. Edition 2000, Paris, La Documentation française, 2000, p. 75-94.
  • « De la “spécificité” corse », Pouvoirs locaux, n° 47, décembre 2000, p. 64-68. « Les vrais enjeux de la question corse », Mouvements, n° 13, janvier-février 2001, p. 104-108.
  • « L’Italie en 2000. Vers la fin d’une législature précaire », in Alfred Grosser, dir., Les pays d’Europe occidentale, édition 2001, Paris, La Documentation française, 2001, p. 75-98.
  • « Le nationalisme corse », Regards sur l’actualité, n° 279, Paris, La Documentation française, mars 2002, p. 27-36.
  • « L’Italie en 2001 : la victoire de Berlusconi », in Alfred Grosser, dir., Les pays d’Europe occidentale, édition 2002, Paris, La Documentation française, 2002, p. 81-104.
  • « Clientélisme et politique », Encyclopédie de la Corse, Bastia, Editions Dumane, 2005, volume 6, p. 295-312.
  • « Clientélisme politique », Encyclopaedia Universalis (« Thésaurus »), 2005. Entrées « Clientelism » et « Judiciary » in Mark BEVIR, ed., Encyclopedia of Governance, Londres, Sage Publications, 2007.
  • « Italie 2007-2008. Le retour de Berlusconi », Encyclopédie de l’état du monde 2008, Paris, La Découverte, 2008.
  • « Italie. Le renouveau de la question méridionale », Alternatives internationales, hors- série Les enjeux 2008.
  • « Italie 2008-2009. Le retour des scandales », Encyclopédie de l’état du monde 2009, Paris, La Découverte, 2009.
  • « Italie. Le mystère du règne Berlusconi », Alternatives internationales, hors-série L’état de la mondialisation 2011.
  • « Italie 2009-2010. La fin du berlusconisme ? », Encyclopédie de l’état du monde 2010, Paris, La Découverte, 2010.
  • Entrée « Clientélisme », in Alistair Cole, Sébastien Guigner, Romain Pasquier, dir., Dictionnaire des politiques territoriales, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.
  • Entrées « Clientélisme » et « Mafia », Dictionnaire critique de la Méditerranée, dir.Thierry Fabre et Mohamed Tozy, Université de Provence (à paraître).

Communications

Principales communications à des colloques et conférences (depuis 2000)

  • « Unveiling the Hidden Face of Politics in Italy : the Case of Andreotti’s Trial », Séminaire « The Public and its Interiors », CERI/ASSR (Université d’Amsterdam), Amsterdam, 25-26 février 2000.
  • « Il lato oscuro della democrazia. Aspetti politico della questione mafiosa in Italia », Colloque « Industria della violenza », Université de Palerme, Faculté de science politique, 11 décembre 2000.
  • « Political Aspects of the Mafia Question in Post-War Italy », ECPR, 29th Joint Sessions of Workshops, Workshop « Organized crime and the Challenge to Democracy » (dir. Felia Allum et Renate Siebert), Grenoble, 6-11 avril 2001.
  • « Contestacion nacionalista y criminalizacion de la politica. El caso de Corcega », Séminaire international « La sangre de las naciones. Nacionalismos y violencia politica », Centro de Investigaciones Etnologicas Angel Ganivet, Université de Grenade, 13-14 décembre 2001.
  • « La criminalizzazione della politica. Mafia e politica nel processo Andreotti », Colloque « La costruzione della verità giudiziaria. Aspetti teorici e casi storici », Université de Naples Federico 2, département d’histoire, 25 février 2002.
  • « “An Italian Story” : Private Life and the Construction of Berlusconi’s Political Identity », Séminaire « Mediatizing Privacy : Intimate, Domestic and Private Life in the Contest for the Public Sphere », CERI/ASSR (Université d’Amsterdam), Amsterdam, 3 mai 2002.
  • « La question judiciaire et la radicalisation de la confrontation politique en Italie », VIIe Congrès de l’AFSP, Table ronde « La radicalisation politique », dir. Annie Collovald et Brigitte Gaïti, Lille, 18-21 septembre 2002.
  • « L’Italie, l’Europe et la méditerranée : réflexions à partir de la question migratoire », Colloque sur « L’Europe et la méditerranée », IPIS-CERI, Téhéran, 27 octobre 2002.
  • « La corruption politique. Réflexions à partir des cas français et italien », « La politique souterraine. Criminalité et politiques », Conférences à l’Institut français de Sofia, Bulgarie, 4-6 février 2003.
  • « The Mafia and Political Corruption in Italy », ECPR General Conference, Standing Group “Organized Crime in Europe” (dir. Felia Allum), Université de Marburg, 18-21 septembre 2003.
  • « The “Parliament of Robbers” : Political Scandals and the Collapse of the First Italian Republic (1992-1994) », CERI-ASSR (Université d’Amsterdam), Workshop « The Politics of Scandals », Paris, 16-17 octobre 2003.
  • « La question mafieuse à l’épreuve du procès pénal. Le procès Andreotti », Colloque « Le procès : enjeu de droit, enjeu de vérité », CURAPP-Faculté de droit et de science politique, Université Jules Verne, Amiens, 25-26 novembre 2004.
  • « Le régime des obligations. Engagements politiques et liens personnels », Journées d’études sur « La clientèle », Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France, Paris, 2-3 juin 2005.
  • « Question mafieuse et activité judiciaire. Le cas de l’Italie », Journées d’études « Economies criminelles et mondes urbains », Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES), Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence, 2-4 juin 2005.
  • « Il clientelismo politico nell’interpretazione del “caso italiano” », Communication au 25e congrès de la Società italiana di scienza politica, Panel « L’Italia vista da fuori : una democrazia difficile ? » (org. : Caterina PAOLUCCI, James NEWELL), 12-14 septembre 2006.
  • « The Andreotti Affair. Antimafia Struggle and the Crisis of the Italian First Republic (1992-2004) », Conférence Université d’Oxford, Centre for Criminology / Nuffield College, 11 octobre 2007.
  • « Emergence et implantation d’une entreprise politique innovatrice. Forza Italia et le berlusconisme en Italie », Colloque international « Les partis politiques. Nouvelles approches », Faculté des sciences économiques et administratives de l’université Dokuz Eyül, Izmir (Turquie), 1-2 novembre 2007.
  • « La professionnalisation politique à l’ère du “parti léger”. Trajectoires et carrières politiques au sein de Forza Italia », Colloque international « Les partis politiques suisses entre continuité et changement », Observatoire de la vie politique du Tessin / Université de Lausanne, Bellinzona (Suisse), 30 novembre-1er décembre 2007.
  • « Produzione e riproduzione del potere notabilare. Il caso della Francia della Terza Repubblica », communication au séminaire international d’études : « Notabili e storia italiana. Caratteri e geografia del notabilito italiano (1861-1922) », Université de Vérone, Département d’histoire, 22-23 mai 2008.
  • « Notabilités, clientélisme et machines politique. Perspectives comparées France, Italie du Sud », Séminaire « Le leadership politique », Université de Grenade, département de science politique (prof. Antonio Robles Igea), 4-6 juin 2008 (2 conférences).
  • « Sociologie du phénomène Berlusconi. Forza Italia et la droite italienne depuis les années 1990 », Colloque « Cambio o continuidad de las derechas ? Trayectorias partidarias en Europa e las América », Université du Chili-Centre d’études politiques Santiago du Chili, 4-5 novembre 2008.
  • « Clientelism and the Italian historiography », « Clientelism and Political Processes », Conférences dans le cadre du programme « Friends, Patrons and Followers », Université de Freiburg (Allemagne), 8-9 février 2010.
  • « L’entrée en politique d’un homme d’affaires. Silvio Berlusconi et la création de Forza Italia (juin 1993-mars 1994) », congrès de l’Association française de science politique (AFSP), section thématique « Milieux politiques et milieux d’affaires » (resp. Magadalena Hadjiisky, Hélène Michel), Strasbourg, 31 août-1er septembre 2011.
  • « Anatomie des pots-de-vin. Normes et pratiques des échanges corrompus dans l’Italie de Tangentopoli », Colloque international « Faveurs et politiques dans l’Europe contemporaine », Université de Metz, Département d’histoire, 4-5 octobre 2012.
  • « ‘A matter of man to man’. Moral obligations, political loyalty and clientelism in Corsica »,Workshop « Honour in Ottoman and Contemporary Mediterranean Societies. Controversies, continuities and new directions », Central European University, Center of Eastern Mediterranean Studies, Budapest, 21-23 mars 2013.
  • « Clientelism and politicisation. The case of Corsica during the French Third Republic », Colloque international « Democratic cultures and the local in Europe 1870-1990, Humboldt Universität, Fritz Thyssen Stiftung, Cologne, 4-6 avril 2013.
  • « Mafia et souveraineté. Réflexions à partir de l’analyse du procès Andreotti », Ecole française de Rome, Séminaire annuel des membres : « La souveraineté », séance « Mafia(s) et souveraineté », 19 avril 2012, Rome.
  • « L’affaire Andreotti dans la crise de la première République italienne (1992-2004) », Colloque « Justice et politique dans l’Italie républicaine », Université Pierre Mendès- France, 16 mai 2013, Maison des sciences de l’homme Alpes, Grenoble.
  • « Mafia et politique en Italie. Le procès Andreotti », Colloque « L’acte de juger face aux tourmentes de l’histoire », Ecole nationale de la magistrature, Paris, 25 septembre 2013.