CESSP - Centre européen de sociologie et de science politique


Rechercher




Accueil > Membres > Docteurs associés > PARIS Myriam

PARIS Myriam

Docteure en science politique

Centre européen de sociologie et de science politique
CESSP, UMR 8209, CNRS

contact : myriamparis@gmail.com

Principaux thèmes de recherche

  • Histoire et sociologie du genre
  • Gouvernementalité coloniale (relations État/outre-mer)
  • Sociohistoire des mouvements féministes
  • Politiques publiques (reproduction sociale, care)

Principaux enseignements

  • Science politique et sociologie politique
  • Théorie politique
  • Histoire des idées politiques

Thèse

Titre :
« Nous qui versons la vie goutte à goutte ». Féminismes et économie reproductive : une sociohistoire du pouvoir colonial à la Réunion

Résumé :
Cette thèse montre qu’en s’identifiant comme celles qui « versent la vie goutte à goutte », des Réunionnaises mobilisées dans l’après 1945 au sein d’une jeune association féminine politisent une expérience alors partagée par la majorité des femmes de La Réunion : celle d’un pouvoir colonial qui organise à leur dépens le travail maternel. Pour mettre en lumière les revendications anticoloniales et féministes portées par ces militantes jusqu’à la fin des années 1970, cette thèse propose une sociohistoire de l’économie reproductive à laquelle elles se confrontent. Elle retrace la genèse et les mutations de la gestion sociale et politique du travail reproductif à La Réunion en montrant comment cette gestion fait intervenir des rapports sociaux de genre, de race et de classe. Prenant pour fluide conducteur cette ressource vitale qu’est le lait et le travail d’allaitement dont il dépend, cette recherche part du lait versé par des nourrices détenues en esclavage au XIXe siècle et se conclut sur le « lait Debré », matière première d’une politique d’assistance instituée dans les années 1960 par le Premier ministre français du même nom. Appuyée sur l’analyse d’archives militantes et administratives, cette étude examine les normes, les procédures et les dispositifs qui inventent et réinventent un art colonial de gouverner en organisant et en contrôlant la reproduction humaine.

Mots clés : féminismes ; sociohistoire ; mouvements sociaux ; colonialisme ; intersectionnalité ; politiques publiques ; La Réunion

Jury :
Catherine Achin, Professeure des Universités, Paris-Dauphine (rapporteure)
Paola Bacchetta, Professor, University of California, Berkeley
Eric Fassin, Professeur des Universités, Paris 8 Vincennes-St Denis (rapporteur)
Silyane Larcher, Chargée de recherche CNRS, URMIS
Frédérique Matonti, Professeure des Universités, Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directrice de thèse)
Pap Ndiaye, Professeur des Universités, Institut d’études politiques de Paris

Enseignements

ATER, CEV
Lieux : Université de Genève, Université Paris-Nanterre, Paris 8, Université François Rabelais (Tours)
Niveaux : L1, L2, L3, M1, M2
TOTAL (ETD) : 524h dont 204h CM

***

2018-2019 : Chargée de cours invitée, Université de Genève (Département de science politique)
• Séminaire Master « Théories critiques de la “race” et de la postcolonialité »

2015-2018 : ATER, Université Paris Nanterre (UFR Droit et science politique)
Cours magistraux :
• Master 1, Histoire sociale des idéologies
• Licence 3, Théorie de l’État
• Licence 1, Introduction à la philosophie politique
Travaux dirigés :
• Master 1, Histoire sociale des idéologies
• Licence 2, Histoire et analyse du vote
• Licence 1, Introduction à la science politique

2014-2015 : Chargée d’enseignement vacataire, Université Paris 8 Vincennes/Saint-Denis (Département de science politique)
• Cours magistral, Licence 1, Introduction à la théorie politique

2014-2015 : Chargée d’enseignement vacataire, Université François Rabelais – Tours (Faculté de Droit, d’Économie et des Sciences Sociales)
• Travaux dirigés, Licence 1, Vie politique française

Publications

Coordination de numéros de revues

  • Dossier accepté « Toubabs, métros, bakas. Mobilités sociales et blanchité en migrations », Actes de la recherche en sciences sociales (avec Claire Cosquer et Amélie Le Renard)
  • « Du côté obscur : féminismes noirs », Comment S’en Sortir ? (Revue d’études féministes et postcoloniales), n° 1, printemps 2015, (avec Keivan Djavadzadeh) [http://commentsensortir.org/numeros...]
  • Chapitres dans des ouvrages collectifs
  • « “Tant que notre peuple sera accablé par le colonialisme” : féminisme et lutte pour l’autodétermination à La Réunion (1958-1981) », in Ludivine Bantigny, Fanny Bugnon et Fanny Gallot (dir.), Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? Le genre de l’engagement dans les années 68, Presses Universitaires de Rennes, 2017.
  • « “Nous qui versons la vie goutte à goutte” : l’Union des femmes de La Réunion face à la biopolitique coloniale », in Marc Arino, Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo (dir.), Résistances et revendications féminines dans les îles des Caraïbes et de l’Océan Indien, Saint-Denis (Réunion), Université de La Réunion/Éditions K’A, 2015.

Articles

  • Article accepté « “Contre tous les pouvoirs” : le militantisme intersectionnel de féministes réunionnaises émigrées en France (années 1960-1970) », Vingtième siècle.
  • « Un féminisme anticolonial : l’Union des femmes de La Réunion (1946-1981) », Mouvements, vol. 91, n° 3, 2017, pp. 141-149.
  • « Les hétérotopies du féminisme noir », Comment S’en Sortir ?, n° 1, printemps 2015, p. 55-90. (avec Elsa Dorlin).
  • « La terreur des femmes. Esclavage et loi du silence à la Réunion », Rue Descartes - Revue du Collège international de Philosophie, n° 62, novembre 2008, p. 107-109.
  • « La page blanche. Genre, esclavage et métissage dans la construction de la trame coloniale (La Réunion, XVIIe-XIXe siècle) », Les cahiers du CEDREF, n°14, 2006, p. 31-51.
  • Notices
  • « Isnelle Amelin » et « Féminismes à La Réunion », in Christine Bard (dir.), Dictionnaire des féministes (France, XVIIIe-XXIe siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 2017.
  • « Race », in Juliette Rennes (dir.), L’encyclopédie critique du genre, Paris, La Découverte, 2016 (avec Amélie Le Renard et Lila Belkacem).
  • Recension
  • bell hooks, Ne suis-je pas une femme ? Femmes noires et féminisme, (Trad. Olga Potot), Paris, Cambourakis, 2015, pour Revue française de science politique, vol. 67, 2017.

Communications (2012-2018)

Colloques

  • « “Contre tous les pouvoirs : d’un sexe sur l’autre, d’une race sur l’autre, d’une classe sur l’autre” : feminists réunionnaises émigrées en France (années 1970), Congrès international des recherches féministes francophones (CIRFF), Université Paris Nanterre, 27-31 août 2018.
  • « La figure de l’esclave dans la construction impériale des normes de genre en France », Congrès international « Les études de genre en France », organisé par le GIS Institut du genre, ENS de Lyon, 3 au 6 septembre 2014.
  • « “Nous qui versons la vie goutte à goutte” : l’Union des Femmes de la Réunion face à la biopolitique coloniale », Colloque international « Femmes des mondes créoles et émergences des revendications féminines dans les îles des Caraïbes et les îles de l’Océan Indien, XVII-XXIe siècles », organisé par l’Observatoire des Sociétés de l’Océan Indien, Université de La Réunion, 28-29 novembre 2014.
  • « Mobilisations féministes sur la frontière impériale : l’Union des femmes de la Réunion », Colloque international « Le genre de l’engagement dans les années 68 », organisé par Ludivine Bantigny, Fanny Bugnon et Fanny Gallot, Université de Rouen, 5-6 juin 2014.
  • « Violences conjugales à La Réunion : genre, esclavage et psychotraumatisme dans la production de la catégorie (post)coloniale de victime », Colloque « Les traumatismes de l’Empire. Expressions, effets et usages des violences (post)coloniales », organisé par Sylvain Bertschy, François Buton et Eric Soriano, Maison des sciences de l’homme de Montpellier, 6 et 7 décembre 2012.
  • Journées d’études
  • « Un féminisme anticolonial : l’Union des femmes de La Réunion (1946-1981) », Journées d’étude « Mouvoir, se mouvoir, émouvoir : polysémies féministes noires et décoloniales du mouvement », Université de Genève, 27-28 mars 2017.
  • « Au sein de la servitude : race, lait et maternités noires en contexte colonial », Journées d’étude « L’allaitement entre normes et transgressions. Lieux, espaces, temporalités d’une pratique : approches historiques et anthropologiques », Université de Genève, 18-19 juin 2015.
  • « Construire un héritage féministe en postcolonie », Journée d’étude « Le genre au cœur des résistances : l’avenir des transmissions des luttes féministes », Université Paris 8, 17 mai 2013.

Séminaires

  • « “ventres noirs” : politiques racialisées de contrôle des naissances à la Réunion (années 1960) », Séminaire « Sociétés de l’Océan indien » coordonné par Didier Nativel et Violaine Tisseau, 18 mai 2017.
  • « Nourrices noires, enfants blancs : race, maternité et servitude à La Réunion, XIXe, XXe siècles », Séminaire « Regards croisés sur la petite enfance » coordonné par Vincent Gourdon et Catherine Rollet, EHESS, 15 avril 2016.
  • « “Nous ne sommes pas des cobayes” : les féministes réunionnaises face au contrôle colonial du corps reproductif des femmes dans les années 1960 », Séminaire « Genre, féminismes et mobilisations collectives » coordonné par Alban Jacquemart, Marion Charpenel et alii, EHESS, 4 décembre 2015.
  • « Cuisines coloniales : femmes, sucre, lait et autres ingrédients de la biopolitique impériale française (Réunion, années 1960) », Séminaire Réseau Transdisciplinaire Genre “Cedref@Sorbonne Paris Cité” coordonné par Azadeh Kian et Jules Falquet, Université Paris 7, 4 mai 2015.
  • « La sororité au prisme de la critique postcoloniale », séminaire limites/frontières « Sororité : penser les solidarités et les conflictualités féministes », organisé par le Groupe de recherche Audre Lorde, Site CNRS Pouchet, Paris, 15 juin 2014.

Animation de la recherche

Animation de panels et tables rondes

  • « Working the Empire/Travailler l’Empire. Conversation et circulations genrées », colloque organisé par Jennifer Boittin et Rebecca Rogers, IEA de Paris, 19-20 juin 2017.
  • « L’intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques », Conférence de Kimberlé Crenshaw, organisée par Éléonore Lépinard et Daniel Sabbagh, Sciences Po Paris, 25 novembre 2016.
  • « Défaire L’empire », table ronde organisée par Karima Ramdani, Frank Freitas, Malek Bouyahia, CNRS Site Pouchet, 29 juin 2015.
  • Organisation de séminaire, panels, colloques et journées d’étude
  • [à venir] Séminaire « Genre, féminismes et mobilisations collectives », Master Genre, Politique et Sexualité EHESS (avec Florys Castan-Vicente, Alice Romerio et Bérengère Savinel).
  • Journée d’étude « Quitter la France : quelles mobilités dans les rapports de classe et de race ? », Campus Jourdan, 4 juin 2018 (avec Amélie Le Renard et Claire Cosquer).
  • Panel « Dés-effacer les féministes racisées en France », Congrès international des recherches féministes francophones, Université Paris Nanterre, 27-31 août 2018.
  • Membre du comité scientifique pour le colloque « Luttes coloniales et décoloniales dans la France d’hier et d’aujourd’hui » organisé par Anouk Guiné et Sandeep Bakshi, Université du Havre, 30 novembre 2015.