CESSP - Centre européen de sociologie et de science politique


Rechercher




Accueil >

13 novembre 2018: 1 événement

séminaire

  • 2018-2019

    Mardi 13 novembre 13:00-16:00 -

    Séminaire des axes - Séance 2 - Les professionnels de la socialisation - Pascal BARBIER

    Résumé :

    Anne-Sophie Dutoit : La fabrique du manager international : les agents de la socialisation professionnelle au sein des écoles hôtelières suisses


    Les écoles hôtelières suisses offrent une formation supérieure en management hôtelier à une population élitiste et cosmopolite, non seulement locale mais aussi étrangère. Cette thèse poste l’hypothèse qu’elles contribuent à la production et la reproduction des élites cosmopolites dans un contexte d’internationalisation de l’enseignement supérieur. L’un de nos objectifs est de dévoiler les processus contribuant à une « internationalisation » d’un champ éducatif privé, au niveau de ses institutions mais aussi des individus qui s’y forment. Dans le cadre de cette présentation, nous nous pencherons sur la socialisation institutionnelle opérée au sein de ces écoles hôtelières. Il sera question de découvrir qui socialise qui, et comment. D’abord, nous analyserons les différents agents de cette socialisation (l’institution, les employé.e.s, les pairs, ainsi que les professionnels de l’hôtellerie), leurs rôles ainsi que leurs sphères d’action. Puis, nous dévoilerons les origines géographiques, socioéconomiques et éducatives de cette population étudiante afin de discerner les caractéristiques de leurs primes socialisations. Finalement, nous nous attacherons à expliquer les spécificités de leur socialisation professionnelle à la fois managériale et internationale. Nous illustrerons la manière dont les savoirs, savoir-être et savoir-faire enseignés sont conditionnés par l’industrie touristique et par les écoles hôtelières elles-mêmes. Nous conclurons alors que les « professionnel.le.s de la socialisation » n’en sont pas nécessairement et que l’analyse du rôle des pairs est fondamentale pour comprendre les socialisations institutionnelles dans leur complexité. Pour ce faire, nous mobiliserons divers matériaux empiriques à la fois quantitatifs et qualitatifs récoltés par entretiens (50 entretiens menés avec des employé.e.s, ancien.ne.s-étudiant.e.s et actuel.le.s étudiant.e.s) et via 381 questionnaires remplis par des étudiant.e.s.

    Abigail Bourguignon : Ce que la rééducation du bégaiement enfantin doit aux conceptions de l’enfance : représentations professionnelles et pratiques socialisatrices


    Le bégaiement, défini comme trouble de la parole et de la communication, fait l’objet d’un travail complexe. En France, le travail de rééducation du bégaiement est réalisé par des travailleur·euse·s sur autrui que sont les orthophonistes, mais également, pour les enfants, par une autre catégorie de travailleur·euse·s et d’entrepreneur·e·s du bien parler - les parents. Pour les orthophonistes, il s’agit de faire disparaître ou régresser le bégaiement ou de fournir aux personnes qui bégaient des outils afin qu’elles puissent le maîtriser, et dans le cas des enfants, de travailler sur et avec ceux qu’elles considèrent comme les principaux acteurs de la socialisation langagière enfantine (les parents).
    Comment des dispositions langagières enfantines se trouvent-elles scrutées, transformées et « prises en charge » ? Fondée sur une enquête de terrain en cours, cette intervention analyse ce qui se passe dans les cabinets en termes de travail socialisateur et rend compte de la façon dont les conceptions de l’enfance de ces professionnel·le·s président à leurs représentations et leurs pratiques. Ce sont donc les conceptions de l’enfance des orthophonistes - des représentations de la parole enfantine, aux conceptions de la socio-genèse du développement langagier ou encore de la socialisation enfantine (et de son temps) - et leur caractère socialement situé sur lesquelles je me pencherai. Une attention particulière sera portée aux différenciations (et aux différenciations des différenciations) qui se déploient dans le cadre de la rééducation du bégaiement enfantin. Je cherche à montrer l’inscription des représentations de l’enfance des orthophonistes et de leurs pratiques dans les rapports sociaux de classe, de sexe et de race. Interroger finement ces pratiques et représentations (et comment elles entrent parfois en dissonance, voire en conflit avec d’autres conceptions de l’enfance) vise à saisir les processus de socialisation qui prennent placent au sein des cabinets et les rapports de domination qui entourent la fabrique des pratiques de délégation du travail de rééducation de la parole à la sphère familiale.

    Lieu : EHESS

    En savoir plus : 2018-2019