CESSP - Centre européen de sociologie et de science politique


Rechercher




Accueil >

4 octobre 2018: 2 événements

séminaire

  • Séminaire principal du CESSP - 2018-2019

    Jeudi 4 octobre 11:00-13:00 -

    Séminaire principal du CESSP - 2018-2019
    En savoir plus : Séminaire principal du CESSP - 2018-2019
  • 2018-2019

    Jeudi 4 octobre 13:00-16:00 -

    Séminaire des axes - Séance 1 - Les transformations des champs du pourvoir et de l’action publique : les cas français et allemand (Lola AVRIL et Guillaume PETIT)

    Résumé :

    Thomas Colas et Delphine Dulong : Retour sur les sommets de l’Etat et les élites socialistes


    Cette communication présente les résultats d’une enquête collective sur les cabinets ministériels des gouvernements Ayrault et Valls 1 (mai 2012 – août 2014) qui s’inscrit dans la tradition des enquêtes prosopographiques sur les élites gouvernantes tout en cherchant à en renouveler les problématiques et les méthodes. L’intérêt de cette enquête tient notamment aux nombreux bouleversements que l’État a connu ces vingt dernières années. Entre la privatisation des services publics, les « politiques de l’organisation » qu’incarnent tout particulièrement la RGPP et la MAP, les restructurations liées à l’européanisation et la régionalisation, ou encore les logiques exogènes au monde politique liées aux intérêts privés, l’État s’est recomposé comme jamais au tournant du 21e. En particulier, les frontières qui séparent le secteur public du secteur privé se sont fortement brouillées et les règles du jeu pour faire carrière au sein de – ou via – l’État en ont été affectées. Ce sont ces recompositions qui affectent sinon le champ du pouvoir du moins les fractions d’élites les plus liées au champ administratif que ce retour sur les élites socialistes au sommet de l’État contribue à éclairer.

    Thomas Lepinay : De juge des comptes à conseiller du prince ? La Cour des comptes (années 1980-2010)


    La communication présente les premiers résultats d’une thèse en cours portant sur les transformations de la Cour des comptes depuis les années 1980. Du fait d’évolutions portées principalement par ses membres, magistrats issus d’un grand corps de l’État, l’institution est passée d’un travail principalement juridictionnel (contrôle de la régularité des dépenses publiques) à un contrôle d’efficacité de l’action administrative, voire à l’évaluation des politiques publiques. La Cour des comptes s’est également engagée dans un terrain médiatique, sortant ainsi de la discrétion qui était la sienne au début de la période. L’enquête retrace cette histoire, en la replaçant dans le temps long de l’institution et dans le contexte de la montée en puissance d’un New Public Management. Elle s’intéresse aux figures successives du haut fonctionnaire, aux modalités particulières d’intervention des magistrats des comptes et à la redéfinition constante de la frontière politique/administratif qu’entraîne ce tournant.

    Nicolas Hubé : « La politique des chemins courts » - Une sociologie politique et historique des relations presse-politique en Allemagne (1918-2018)


    À partir d’une enquête sur les associations de journalisme politique et les différents services ministériels en charge du porte-parolat sous la République de Weimar et la République fédérale Allemande, nous proposons de comprendre les logiques institutionnelles et sociales structurantes des modes de régulation (et d’encadrement) des relations presse-politique en Allemagne. Pour ce faire, à partir d’archives, d’entretiens et d’observations, nous avons suivi les pratiques au plus près du travail en train de se faire au sein des institutions, tout en les inscrivant dans le temps long de leurs transformations. Observé à partir des relations informelles au sein des cercles d’informations politiques, ce qui est habituellement vu comme l’effet d’une « culture démocratique » nationale - plus ou moins respectueuse de l’indépendance des journalistes - est, ici, posé en énigme. Cette recherche procède d’une sociologie historique du champ du pouvoir allemand. Nous verrons comment se construisent historiquement des mécanismes d’interdépendance et de socialisation par coalescence, où les transactions collusives entre les deux champs (journalisme et politique) sont légitimées par ce qui apparait aux yeux des agents comme une « nécessité » historique d’assoir la démocratie. Nous verrons aussi la forte continuité institutionnelle (ainsi que de personnels en charge) des politiques de propagande qui court sur les trois régimes (Weimar, National-socialisme et RFA) étudiés.

    Lieu : Université Paris 1 - 14 rue Cujas,
    salle H604

    En savoir plus : 2018-2019