CESSP - Centre européen de sociologie et de science politique


Rechercher




Accueil > Publications > Ouvrages

2016

mis à jour le 29 mars

Le concert des puissants
François Denord et Paul Lagneau-Ymonet, Collection
Raisons d’agir, Paris, Novembre 2016.

Comment se peut-il que la structure du pouvoir tienne malgré tout, y compris le discrédit et, parfois même, la nullité de ceux qui l’exercent ?
Ce livre explicite le processus par lequel l’inégale distribution de ressources économiques, culturelles et institutionnelles se reproduit. Et instille chez
les dominants un rapport singulier au monde social. De la formation dans les grandes écoles à la gestion oligopolistique des marchés, en passant par la fréquentation de lieux à la sociabilité exclusive, ces gens bien nés ne se sentent pas toujours tenus de suivre la règle commune. Ils n’excluent jamais la possibilité de s’en exempter. Placés au sommet des principales hiérarchies institutionnelles, grands patrons, hommes politiques et hauts fonctionnaires s’affrontent souvent, sans que leurs rivalités personnelles ne modifient l’ordre établi.

Pour mener l’enquête, les auteurs ont mobilisé
des matériaux issus de sources variées : annuaires biographiques et registres mondains, littérature grise et rapports officiels, archives, mémoires et données statistiques, entretiens ou discussions informelles. Ils montrent que le pouvoir est avant tout le produit d’un arrangement institutionnel dans lequel
l’ordre économique prime tous les autres.

Plus d’infos



L’Année du Maghreb
Dossier : Profession journaliste
Le dossier « profession journaliste » traite des transformations des paysages médiatiques des différents États du Maghreb en portant le regard sur les conditions d’exercice du métier de journaliste. En se plaçant au cœur du système, on perçoit les transformations de l’espace économique, la diversité des espaces de travail dans lesquels ils exercent et son effet sur la labilité des identités professionnelles.

Comme chaque année, les chroniques dressent un bilan de la vie politique dans les différents pays du Maghreb au cours de l’année qui précède. L’année 2015 montre à son tour la spécificité des trajectoires politiques des États et des sociétés de la région.
Lien vers revue


Becoming Anorexic
A sociological study, Muriel Darmon
Routledge « Advances in Sociology », London, 2016.

This book draws on empirical research – both interviews and observation – conducted in and outside medical settings with anorexic girls, medical staff, teachers and other teenagers of the same age. Richly illustrated with qualitative research, Becoming Anorexic : A Sociological Approach demonstrates that anorexia can be viewed as a very particular work of self-transformation, which requires specific – and social – dispositions’. As such, it will appeal to scholars of sociology and anthropology with an interest in health and illness, the body, social class and gender.

Pour plus d’infos



Sociologie du tourisme
Saskia Cousin, Bertrand Réau, La Découverte, coll. « Repères », n°535, octobre 2016

Qu’est-ce que le tourisme ? Comment penser ensemble les dimensions sociales, culturelles et politiques de ce « fait social total » ? Né au XVIIe siècle avec le Grand Tour aristocratique, ce phénomène touche aujourd’hui toutes les sociétés. Plébiscité comme outil de développement économique, dénoncé comme un nouveau colonialisme, le tourisme est un enjeu de politique locale en même temps qu’un facteur déterminant de la globalisation. Le tourisme est en perpétuelle croissance, les nouveaux touristes se comptent chaque année par millions, mais près de 40 % des Français ne partent pas en vacances. Les mobilités de loisirs sont donc à la fois un facteur de démocratisation et un révélateur des inégalités.
Croisant les apports de la sociologie et de l’anthropologie, cette nouvelle édition scrute les effets de la révolution numérique sur les pratiques, les marchés et les métiers. Elle propose également de repenser les méthodes d’enquête pour observer les circulations touristiques et la diversité des pratiques, des expériences et des motivations.

plus d’infos



_ Le lobbying électoral
Groupes en campagne présidentielle (2012)
Préface de Daniel Gaxie
Édité par Guillaume Courty, Julie Gervais,
Presses Universitaires du Septentrion, 2016

L’élection présidentielle n’a jamais donné lieu en France à une étude portant sur les acteurs centraux des campagnes électorales que sont les associations, les syndicats, les organisations professionnelles, les collectifs, les ONG ou les think tanks. Tous poursuivent alors un objectif commun : tenter de convaincre les candidats et candidates de l’intérêt d’un projet, d’une cause ou d’une proposition de politique publique. Quelles sont les formes de lobbying à l’œuvre pendant une campagne électorale et comment appréhender leurs effets ? Une équipe de politistes et de sociologues répond à cette question inédite en suivant la campagne présidentielle de 2012 au cœur de la mêlée, dans le quotidien des groupes mobilisés. Loin de la vision légitime de l’élection réduite à un simple affrontement de candidats et de candidates arbitré par le vote et les médias, les enquêtes analysent ici la campagne présidentielle comme un terrain privilégié de l’exercice du lobbying.

Sommaire



Sociologie générale, vol. 2
Cours au Collège de France (1983-1986)
Pierre Bourdieu

Ce second volume du cours de « sociologie générale », selon l’intitulé que Pierre Bourdieu avait donné au premier cycle de son enseignement au Collège de France, complète la présentation systématique de son appareil conceptuel et de sa démarche méthodologique.

Après avoir insisté, au cours des deux années précédentes, sur les notions d’habitus et de champ, Bourdieu consacre une large part des trois suivantes à celle de capital et à l’articulation de ses trois concepts fondamentaux. Attentif aux difficultés de la transmission des savoirs, le sociologue réorganise par ailleurs son cours en le divisant en deux parties. La première, appelée « leçon », poursuit la présentation formelle de sa théorie. La deuxième, baptisée « séminaire », est quant à elle consacrée à des recherches en cours. Sont ainsi successivement abordés, notamment, un sondage réalisé en vue d’établir un classement des intellectuels influents, la révolution symbolique opérée par Manet et des lectures sociologiques d’œuvres littéraires, parmi lesquelles Le Procès de Kafka et La Promenade au phare de Virginia Woolf.

Cet exercice de synthèse, jamais vraiment renouvelé par Bourdieu, offre ainsi un exposé particulièrement accessible et vivant de l’une des entreprises théoriques les plus exigeantes en sciences sociales.

Lien vers éditeur



Le cinéma au XXe siècle. Entre loi du marché et règles de l’art
Julien Duval,
Paris, CNRS Éditions, coll. « Culture & société », 280 p., 2016.
Cinéma commercial contre films d’auteur ? Cinéma populaire contre cinéma élitiste ? Loi du marché contre règles de l’art ? La dualité entre superproductions hollywoodiennes et films d’art européens semble traverser toute l’histoire du cinéma depuis les années 1920. Mais les frontières entre ces deux espaces n’ont jamais été figées, comme l’explique Julien Duval dans cette sociologie novatrice du champ cinématographique au XXe siècle. Ainsi, le cinéma populaire a su se parer de certains traits des arts savants. Quant au cinéma d’auteur, il n’est pas tout à fait devenu « l’égal des autres arts » : les cinéastes doivent toujours composer avec les contraintes économiques propres à leur mode d’expression. Examinant à nouveaux frais ces jeux de transferts et ces oppositions, Julien Duval éclaire également les débats récents sur « l’exception culturelle » et sur les priorités des politiques publiques en matière cinématographique.

Julien Duval est directeur de recherche au CNRS (Centre européen de sociologie et de science politique). Il est l’auteur de Critique de la raison journalistique (Le Seuil, 2004) et du Mythe du « trou de la Sécu » (Raisons d’agir, 2007). Il a également coordonné, avec Philippe Coulangeon, Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu (La Découverte, 2013).

-----
Table des matières

Lien vers éditeur


Lectures numériques. Une enquête sur les grands lecteurs
Étude menée par Paul Gaudric, Gérard Mauger et Xavier Zunigo,

Presses de l’enssib, Septembre 2016

Quelles sont les incidences de la « révolution numérique » sur les pratiques de lecture ? Peut-on mettre en évidence de nouvelles manières de lire sur écran ? Observe-t-on une métamorphose des goûts ? Voit-on apparaître des « hyperlecteurs » d’« hypertextes » ? Peut-on prophétiser la disparition du livre imprimé ? Menée de 2013 à 2014, cette étude aborde la lecture sur écran de la presse comme de la littérature et les différentes formes de prescription. Si l’enquête établit plutôt une continuité qu’une rupture dans les pratiques de lecture, elle indique aussi qu’un nouvel équilibre se cherche entre culture écrite et culture audiovisuelle.

Préface de Christophe Evans

Chaque année, la collection Papiers proposera une étude produite par la Bibliothèque publique d’information, menée par le service Études et recherche. Christophe Evans, responsable du service, en est le coordinateur scientifique.

Lire l’introduction


Mots clés : culture audiovisuelle - éditions numériques - fanfictions - pratiques de lecture - prescription littéraire - presse - science-fiction - sociologie de la lecture



Gilles DORRONSORO , Adam BACZKO , Arthur QUESNAY
CNRS Editions, Paris, Mai 2016

Voici la première étude sur la guerre civile syrienne faite à partir d’entretiens réalisés en Syrie même et dans les pays voisins.

2011 : des centaines de milliers de Syriens de toutes confessions et origines ethniques manifestent pacifiquement pour réclamer la démocratisation du régime. Au bout de quelques mois, la violence de la répression les contraint à prendre les armes et à organiser une contre-société avec des institutions embryonnaires et à regrouper des unités militaires improvisées au sein de l’Armée syrienne libre.

Après 2013, cette logique inclusive et unanimiste cède progressivement devant la montée des groupes transnationaux comme le PKK et l’État islamique. L’insurrection se fragmente alors avec une polarisation croissante alimentée de l’extérieur. Les groupes les plus modérés sont marginalisés au profit de l’islam politique qui prend des formes de plus en plus radicales et de revendications ethno-nationales kurdes.

Quels sont les effets de la guerre sur la société syrienne ? Quelles nouvelles hiérarchies communautaires et sociales résultent de la violence généralisée ? Comment les trajectoires sociales des Syriens pris dans la guerre sont-elles affectées ? Comment se structure l’économie de guerre alors que le pays est divisé entre le régime, l’insurrection, le PKK et l’État islamique ?

Un livre unique qui combine une recherche de terrain – rare sur le confit syrien – et une réflexion théorique novatrice sur les situations de guerre civile.

Voir en ligne


« Cinq sur cinq, Mi Comandante ! »
Contribution à l’étude des réceptions des discours politiques télévisés

Clémentine Berjaud

Nouvelle bibliothèque des thèses en Science Politique, Paris, Dalloz, 2016

Préface de Jacques Gerstlé

Cet ouvrage propose un cadre d’analyse de la réception des discours politiques par les citoyens ordinaires, focalisé sur les récepteurs, sur leurs pratiques concrètes, et sur les ancrages sociaux de ces processus. En prenant pour terrain le Venezuela d’Hugo Chávez, il explore ainsi systématiquement les différentes dimensions et étapes des réceptions du politique grâce à une enquête empirique approfondie, donnant à voir autrement la question des effets de la communication politique.


voir en ligne



Les sens du vote
Une enquête sociologique (France 2011-2014)
SPEL (collectif Sociologie politique des élections)
Paris, PUR, Collection : Res Publica, 2016

Que savons-nous des électeurs ? Tantôt honorés comme les garants de la démocratie, tantôt dénigrés pour leur apathie, parfois dénoncés pour leurs choix irrationnels ou soupçonnés de se laisser trop aisément séduire par les sirènes populistes, les électeurs des démocraties contemporaines font l’objet d’analyses contradictoires et leurs choix paraissent aujourd’hui plus mystérieux que jamais. La science électorale qui a construit de solides modèles d’interprétation du vote semble elle-même partiellement désarmée. Face à un électeur qui se donne désormais à voir comme plus versatile et moins prévisible, plus critique à l’égard du politique et qui accorde moins aveuglément sa voix à ses représentants, les enquêtes par sondage paraissent de moins en moins susceptibles d’éclairer les racines sociales du vote et de comprendre les mécanismes des choix électoraux.
Une équipe de politistes et de sociologues français a mené pendant trois ans une enquête inédite : suivre et interroger à l’occasion des campagnes pour l’élection présidentielle et pour les législatives de 2012, 69 électeurs représentant une certaine diversité de la population française. Jeunes des classes populaires scolarisés en lycée professionnel et « bourgeois » des beaux quartiers, professeurs et entrepreneurs, salariés des petites classes moyennes et cadres de la finance ou de l’industrie du luxe ont ainsi été longuement interrogés, avant, pendant et après ces échéances électorales majeures. Ces centaines d’heures d’entretiens constituent un témoignage inédit des perceptions du politique, des campagnes électorales et des élections par ces Français ordinaires. Elles permettent surtout de revisiter ce que nous croyons savoir du vote et de la politisation et de proposer une sociologie compréhensive des choix électoraux qui restitue la diversité des sens du vote dans les démocraties contemporaines.

Avec le soutien du CESSP, du CURAPP, de l’université Dauphine-Irisso.

voir en ligne


Jacques Gerstlé et Christophe Piar,
Paris, Armand Colin, février 2016
La politique est largement devenue affaire de communication. Assistés d’auxiliaires (sondeurs, conseillers en communication, etc.), les acteurs politiques recourent à tout un répertoire de techniques (sondages, focus groups, triangulation, news management, etc.) qui leur permettent de déterminer les segments décisifs de l’électorat, d’explorer leurs représentations et leurs attentes, de formuler le message « gagnant » et de se propulser dans les médias de manière à être le plus persuasif possible.
Entièrement mise à jour, cette troisième édition aborde les logiques qui régissent la fabrication de l’actualité politique diffusée par les médias, les différents effets que peuvent produire ces derniers sur les opinions des individus, ainsi que les perspectives de démocratisation de la communication politique qui pourraient être ouvertes notamment par Internet.


Voir en ligne