CESSP - Centre européen de sociologie et de science politique


Rechercher




Accueil > Publications > Revues et collections

2011

mis à jour le 1er octobre 2015


Anne-Catherine Wagner (sous la direction)
Dossier : Le pouvoir économique
Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 5, n°190, décembre 2011, 144 p.
ISBN : 9782021064216

Si le champ économique s’est construit dans le cadre de l’État national avec lequel il a partie liée, les formes de la domination économique se sont transformées dans les années 1990, sous l’effet conjoint de la logique de financiarisation, des dérèglementations et de l’unification mondiale des marchés. Ces changements n’affectent pas la seule sphère de production : ils ont des effets sur les processus de stratification sociale et sur la distribution des pouvoirs, qu’il s’agit d’examiner ici. Le concept de « mondialisation » brouille la perception des rapports sociaux et favorise l’imposition de visions désincarnées des structures du pouvoir, conduisant certains auteurs à annoncer la « disparition des classes dominantes au profit d’un capitaliste collectif, sans visage, composé de flux financiers gérés par des réseaux numériques »  ou d’autres à voir au contraire émerger une « classe capitaliste transnationale » qui découlerait de la mondialisation du capital.
L’intégralité du numéro est en accès libre.



Olivier Nay et Franck Petiteville (sous la direction)
Dossier : Le changement dans les organisations internationales
Critique internationale, vol. 4, n°53, novembre 2011, 214 p.
ISBN 9782724632231

Il est aujourd’hui fréquent de reprocher aux organisations internationales d’être devenues des institutions anachroniques, incapables de s’adapter aux évolutions de la globalisation et d’accomplir les fonctions pour lesquelles elles ont été créées. Prenant le contre-pied de ce jugement peu informé, les quatre contributions réunies ici explorent les différentes pistes (réformes, élargissements, création normative, etc.) par lesquelles l’ONU, la Banque mondiale, l’OTAN et l’Union européenne ne cessent de réinventer les conditions pratiques de leur action. Au-delà de ces cas exemplaires, il s’avère que le changement dans les organisations internationales est déterminé autant par le rôle de leurs États membres et de leurs propres agents que par les transformations de leur environnement.
L’intégralité du numéro est en accès libre.



Frédérique Matonti et Speranta Dumitru (sous la direction)
Dossier : Libres…plus ou moins
Raisons politiques, vol. 3, n°43, septembre 2011, 220 p.
ISBN 9782724632415

S’émanciper, être plus libre, avoir moins de choix, refuser trop de laisser-faire : l’idée que la liberté se décline en quantités est souvent présente dans les discours publics. Mais comment mesurer la liberté ? Doit-on simplement se fier aux différentes organisations qui proposent aujourd’hui des indicateurs de liberté et classent les pays en conséquence ? Si ces indicateurs ne prennent en compte qu’un type spécifique de liberté – liberté de la presse, liberté économique, liberté politique – pourrait-on définir un indicateur de la liberté globale ? Et comment comparer la liberté des uns à celle des autres ? Depuis deux décennies, la théorie politique propose un ensemble de conditions pour définir et comparer la liberté individuelle. Les contributions de ce dossier, signées par des protagonistes de ce champ de recherche, raniment le débat.
L’intégralité du numéro est en accès libre.



Bertrand Réau et Sébastien Roux (sous la direction)
Dossier : Genre, sexualités et sociétés
Ailleurs, n ° 5, mai 2011.
ISSN électronique 2104-3736

La multiplication des recherches sur le genre et la sexualité a accompagné une diversification des terrains d’enquête et des problématiques, et un redéploiement des analyses féministes vers des espaces auparavant minorés ou traités par des perspectives aveugles à la dimension genrée et sexuelle des processus sociaux. La littérature scientifique sur le genre et la mondialisation1 est aujourd’hui plurielle, dynamique et acquiert une visibilité croissante – notamment pour les productions de langue anglaise. Sans distordre les nombreuses analyses bibliographiques, readers ou recueils qui caractérisent l’espace actuel de production et soulignent la diversité des contributions, ce foisonnement intellectuel semble accompagner (et coproduire) deux dynamiques complémentaires, intrinsèquement liées.
L’intégralité du numéro est en accès libre.